"Sortir du nucléaire" se satisfait du rapport de la Cour des comptes

Pour le collectif, c’est un mythe qui s’effondre avec la publication des chiffres de la filière électronucléaire. Selon eux, la juridiction démontre que les coûts ne sont pas maîtrisés.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

"Enfin une large étude réalisée par un organisme sérieux et indépendant, connu pour ses travaux rigoureux", souligne Charlotte Mijeon, chargée de campagne pour "Sortir du nucléaire". Selon elle, la Cour des comptes vient de produire une expertise non biaisée et sans concession.

Et elle voit dans les conclusions de ce rapport, la preuve qu’il est nécessaire de se passer du nucléaire : "le nucléaire bon marché est un mythe. L’EPR en témoigne". "La Cour des comptes insiste bien sur le fait que des investissements sont nécessaires", explique Charlotte Mijeon. Rien de nouveau à cela. EDF a d’ores et déjà provisionné des sommes importantes afin d’assurer la maintenance et de prolonger la durée de vie de ses centrales.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Pourtant "Sortir du nucléaire" continue d’y voir un signe. "Le nucléaire a un coût élevé, surtout si l’on tient compte du vieillissement du parc". Et ces éléments devraient permettre aux politiques d’avoir toutes les cartes en main pour faire un choix raisonné et objectif. "Ils pourront décider de dépenser des sommes importantes pour prolonger la vie des réacteurs sans tenir compte des alertes de sécurité. Ou de mener une politique ambitieuse d’économies d’énergie et de développement des renouvelables".

Quant aux coûts incertains liés au démantèlement, le collectif n’y distingue pas réellement un obstacle. "Il faudra y arriver à un moment ou à un autre de toute manière au démantèlement", affirme Charlotte Mijeon.

Elle teinte toutefois son propos d’un bémol. En effet, le collectif avait été auditionné en juillet par la juridiction financière. Il avait plaidé pour que soient intégrés dans le calcul les externalités négatives, tout cela au dépend de quoi se fait le nucléaire. "Mais ces demandes n’ont pas pu être prises en compte par la Cour", déplore-t-elle.

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS