Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Sortie de tunnel en vue pour NFM Technologies...

, , , ,

Publié le

L’allemand Mulhauser et le français Altifort se proposent de reprendre NFM Technologies. En redressement judiciaire depuis août 2018, le fabricant de tunneliers emploie 150 personnes à Villeurbanne (Rhône) et au Creusot (Saône-et-Loire).

Sortie de tunnel en vue pour NFM Technologies...
Tunnelier dans les ateliers de NFM Technologies au Creusot.
© NFM Technologies

Les entreprises citées

Deux offres de reprise ont été déposées auprès du mandataire judiciaire chargé du dossier du fabricant de tunneliers NFM Technologies, en redressement judiciaire depuis le 2 août. Les discussions avec les deux repreneurs potentiels vont porter notamment sur le nombre d’emplois maintenus sur les sites de Villeurbanne dans la Métropole de Lyon (Rhône) et du Creusot (Saône-et-Loire). NFM Technologies emploie globalement 150 personnes, en chômage partiel depuis mai 2018.

La première offre émane du groupe allemand Mulhauser, contrôlé par des actionnaires suisses, qui souhaite élargir sa gamme de tunneliers. En 2015, cette entreprise avait signé un accord de partenariat avec la société française pour promouvoir les tunneliers de NFM Technologies auprès de clients européens et mondiaux. La seconde offre provient du groupe français Altifort, dont le siège est à Ham (Somme). Après avoir acquis ArcelorMittal Wire France et deux tréfileries dans l’est de la France, ce groupe est aussi candidat à la reprise de l’aciérie Ascoval à Saint-Saulve (Nord).

NFM Technologies a été fragilisé par les difficultés de son actionnaire chinois, le conglomérat minier et cimentier NHI. Ce groupe qui a repris l’entreprise française en 2007 a été incapable ces derniers mois de fournir les garanties bancaires indispensables à ce type d’activités. Il a été lui-même placé en redressement judiciaire en juin 2018.

NFM Technologies est aussi victime d’une stratégie de repli. Depuis 2015, sous la pression de son actionnaire, des délocalisations et externalisations ont été engagées, ainsi que l’arrêt de la recherche-développement. La société accumule des pertes à un rythme accéléré depuis trois ans. Fin 2016, ses dettes s’élevaient à 164,9 millions d'euros pour un chiffre d’affaires de 65,7 millions d’euros.
La direction de l’entreprise compte sur un repreneur industriel soutenu par un pool bancaire qui puisse lui fournir les garanties demandées lors de la signature de contrats dans ce secteur. NFM Technologies est l’un des derniers fabricants de tunneliers européens de grande taille avec l’allemand Herrenknecht, leader mondial, qui possède une filiale, TMS, au Pouzin (Ardèche), et intervient en particulier dans le percement de galeries pour le réseau de métro automatique du Grand Paris Express.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle