Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

[En images] Paris inaugure les nouvelles fontaines des Champs-Élysées

Simon Chodorge , , , ,

Publié le , mis à jour le 21/03/2019 À 12H25

Vidéo [ACTUALISÉ] Jeudi 21 mars, la maire de Paris Anne Hidalgo doit inaugurer les nouvelles fontaines du rond-point des Champs-Élysées. Imaginé par les frères Bouroullec, le projet s'installe dans un quartier emblématique de la capitale française. Quarante entreprises, en majorité françaises, ont été associées à la construction des structures. Certaines ont dû faire preuve d'une précision digne du secteur aéronautique pour réaliser des pièces sur-mesure. Rencontre avec les acteurs du chantier.  

[En images] Paris inaugure les nouvelles fontaines des Champs-Élysées
Les nouvelles fontaines du rond-point des Champs-Élysées ont été élevées à Paris.
© © Mark Cocksedge

Au coeur du huitième arrondissement, à Paris, ce ne sont pas des fleurs qui poussent à quelques semaines du printemps mais des fontaines. Depuis 1998, les jets d’eau étaient à l’arrêt sur le rond point des Champs-Élysées, dégradés par les célébrations de la première victoire française en Coupe du monde de football.

Aujourd'hui, l’eau courante est de retour sur la grande place. Les frères Erwan et Ronan Bouroullec viennent d’y élever six nouvelles fontaines. Au pied des façades haussmanniennes, les acteurs du chantier retracent trois ans de travail, des premiers dessins à la fabrication.

(Crédit : Charles Pétillon)

Un chantier à 6,3 millions d’euros

Comme tout bon projet d’architecture parisien, les fontaines des frères Bouroullec ont été esquintées pour leur design contemporain. On sent la patience s’effriter à la Ville de Paris face à ces polémiques récurrentes. “Il n’y a rien de plus facile que d’attaquer l’art dans l’espace public et d’en extraire le coût pour l’isoler de la réalité”, commente Christophe Girard, adjoint à la Maire de Paris pour la culture.

La restauration des bassins, des réseaux en infrastructures et la création des nouvelles fontaines a coûté 6,3 millions d’euros. Un montant levé par le Fonds pour Paris, une structure privée créée en 2015 sous l’impulsion de la ville pour restaurer le patrimoine et faire émerger l’art contemporain dans les rues. Six mécènes ont financé le projet : Eau de Paris, le groupe Galeries Lafayette, le bottier français J. M. Weston, l’État du Qatar, le producteur de cristal autrichien Swarovski et le groupe Dassault. Ce dernier est particulièrement concerné puisque le siège du Groupe Industriel Marcel Dassault donne sur la place. L’endroit a également été renommé rond-point des Champs-Elysées-Marcel-Dassault en 1991.

(Crédit : Claire Lavabre / Studio Bouroullec)

40 entreprises et 250 personnes mobilisées

Malgré les nombreux passages et la pollution, les frères Bouroullec espèrent que leurs fontaines dureront au moins 50 ans. Un objectif pas si simple. Avant eux, les créations de René Lalique puis de Max Ingrand ont toutes subi les affres du temps. Avec 40 entreprises et 250 personnes mobilisées, les designers bretons ont dû imaginer de multiples solutions pour construire des structures résistantes. Toutes les pièces ont été réalisées sur-mesure.

De loin, les fontaines paraissent quelque peu squelettiques. Il faut se rapprocher pour constater la masse des ouvrages. Chaque fontaine repose sur un mât d’une hauteur de 13 mètres. Plusieurs bras tombent de ce pilier, emballés dans du cristal Swarovski et des LED qui s’illuminent la nuit. En bas de chaque tube, après avoir remonté le mât central, un jet d’eau vient frapper le bassin. Toute la structure pivote lentement, grâce à des rouages dissimulés en sous-sol. “Le projet est vraiment un iceberg”, décrit Ronan Bouroullec.

(Circuits hydrauliques en sous-sol sous le rond-point des Champs-Élysées. Crédit : Simon Chodorge)

“Raisonner de façon mécanique et esthétique”

“Malgré la taille de la fontaine, les pièces ont des tolérances en-dessous du dixième. Cela suppose une précision d’usinage et de montage assez forte”, explique à L’Usine Nouvelle Matthieu Peseux, responsable commercial chez SACMO. L’entreprise SACMO, basée à Couëron (Loire-Atlantique), a réalisé le châssis de deux tonnes et les pièces situées sous le cristal. SACMO, une entreprise qui travaille majoritairement pour les secteurs aéronautique, spatial et naval, a réalisé la chaudronnerie, l’usinage et le montage des parties.

Le mât a été fabriqué par le groupe LBI Foundries, une entreprise basée à Amnéville (Moselle) et spécialisée dans les secteurs artistique, énergie, naval et mécanique. “Il a fallu raisonner de façon mécanique et esthétique avec une finition qui plaîse à l’artiste”, retrace à L’Usine Nouvelle Luc Lajoye, PDG du groupe. Le matériau du mât, un alliage de bronze et d’aluminium, a des propriétés anti-corrosion pour durer dans le temps et rester beau. “C’est le même alliage qui est utilisé pour les hélices des sous-marins nucléaires et les bagues de trains d’atterrissage pour les Airbus, précise le dirigeant. La réalisation du mât est visible en vidéo ci-dessous.

Parmi les autres entreprises françaises associées au projet, on trouve aussi la Fonderie Gillet d’Albi (Tarn) pour les buses, les Ateliers de la Providence à Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique) pour les fûts d’étanchéité, Métal industriel à Chauny (Aisne) pour la fourniture du bronze-aluminium, SKF à Lyon (Rhône) pour les roulements, Verdier à Arnage (Sarthe) pour les engrenages, Conserto à Brétigny-sur-Orge (Essonne) pour les circuits hydrauliques ou encore Segex à Wissous (Essonne) pour les circuits électriques.

Un dépôt de brevet pour le cristal des fontaines

Seule entreprise étrangère impliquée : Swarovski. Chaque fontaine comporte 461,5 kilos de cristal taillé en plusieurs centaines de pièces par l’entreprise autrichienne. “La démarche d’innovation a été jusqu’au dépôt d’un brevet pour un cristal résistant aux intempéries, aux chocs, à la pollution urbaine et facile d’entretien pour un usage de longue durée”, révèlent les créateurs dans un communiqué. Le nouveau matériau serait ainsi 30% plus léger que le cristal traditionnel.

(Crédit : Mark Cocksedge)

(Crédit : Mark Cocksedge)

Au milieu de l’avenue des Champs-Élysées, les structures verront passer quelque 200 000 piétons quotidiens. Imitant le trafic ininterrompu des voitures, elles effectueront chaque jour 540 rotations au rythme d’un tour toutes les deux minutes.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle