Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[Sortie d'usine] La retraite bien méritée du Boeing 747, jeune cinquantenaire

Rémi Amalvy , , , ,

Publié le

Vidéo Le 30 septembre, Boeing a célébré les cinquante ans de son célèbre avion 747. L'Usine Nouvelle en profite pour revenir sur la conception et l'histoire riche en rebondissements du Jumbo Jet.

[Sortie d'usine] La retraite bien méritée du Boeing 747, jeune cinquantenaire
Il y a 50 ans, le Boeing 747 sortait de son usine pour la première fois
© Boeing

L'équipementier américain Boeing a célébré en grandes pompes dimanche 30 septembre les 50 ans de son légendaire 747. Le 30 septembre 1968, le tout premier prototype (le N7470 ou "City of Everett") sortait de la ligne d’assemblage de l’usine d'Everett, dans l'Etat de Washington, pour sa présentation officielle (son "roll out") devant la presse et 26 représentants de compagnies aériennes.

Un demi-siècle plus tard, le premier avion "gros porteur" de l’histoire de l’aviation civile est riche d’une histoire pleine de rebondissements et de succès. Après avoir failli ruiner son constructeur, le Jumbo Jet en a fait la fortune. Alors qu’il devait devenir obsolète après 400 appareils vendus, le millième exemplaire était construit en 1993. En août 2018, 1 560 appareils avaient été vendus.

Le 747 effectue son premier vol en février 1969. Il est définitivement mis en service en janvier 1970. Durant 37 ans, il détient le record de la capacité de passagers (660 en classe unique), jusqu’à l’arrivée de l’Airbus A380.

Un avion à quatre moteurs

Le 747 a été conçu en réponse à la popularité croissante du transport aérien dans les années 1960. La compagnie Pan American World Airways met la pression sur Boeing pour qu’il construise un avion d’une capacité deux fois et demi supérieure à celle du 707, alors l’un des plus grands avions commerciaux. En 1965, l’ingénieur en chef Joe Sutter lâche le développement du 737 pour se concentrer sur le 747. Fin 1966, le projet s’oriente vers un avion à simple étage doté de quatre moteurs JT9D.

Sa forme à l’avant si particulière est due au pont supérieur raccourci situé sous le cockpit. Cela permettait de placer une porte de chargement sur le nez de l’avion, car il devait à terme servir au transport de marchandises. A l’époque, on pensait que les vols long-courriers seraient effectués tôt ou tard par des avions supersoniques, comme le Concorde ou le Boeing 2707 (jamais mis en circulation). Mais ces avions très bruyants et trop gourmands en carburant ne furent pas utilisés à grande échelle. En avril 1966, Pan Am commande 25 appareils 747-100 pour 525 millions de dollars.

Des problèmes liés aux JT9D entraînèrent des retards de livraison de plusieurs mois. Pratt & Whitney, leur fournisseur, n’arrivait pas à suivre la cadence de production trop soutenue. En conséquence, une vingtaine d’avions en attente de moteurs restèrent bloqués à Everett. Un prototype réussit tout de même à être présenté lors du vingt-huitième salon international de l’aéronautique du Bourget d’été 1969. En décembre 1969, le 747 reçoit de la Federal Aviation Administration son certificat d'aptitude au vol. Il peut enfin être commercialisé.

Son très important coût de développement, ajouté à celui de la construction de l’usine d’Everett, faillit mettre fin à l’histoire de Boeing. Dans les années 1970, la compagnie a frôlé la banqueroute en cumulant une dette de plus de 800 millions de dollars.

De nombreuses versions produites

Le premier vol commercial a lieu le 22 janvier 1970. Il relie New-York et Londres. En six mois, Pan Am transporte plus d’un million de passagers, et 26 autres compagnies (dont Trans World Airlines, Lufthansa et American Airlines) commandent des 747. En 1991, lors de l’opération Salomon, la compagnie israélienne El Al se sert d’un de ses appareils pour évacuer 1 222 juifs éthiopiens, établissant le record du nombre de passagers transportés par un Boeing 747.

Suite au choc pétrolier de 1973, l’augmentation du prix du carburant fait diminuer le nombre de passagers. D’autres appareils moins gros, comme les Boeing 767 et les Airbus A300 sont parfois préférés par les compagnies aériennes.

De très nombreuses versions de l’appareil ont été produites. Les plus connues sont le 747-100, première version à être sortie de l’usine, le 747-400, qui remplace petit à petit son grand frère à partir de 1989, et le 747-8. Plus connue sous le nom de 747 advanced, cette version, annoncée en novembre 2005 pour concurrencer le nouvel Airbus A380, est une mise à jour du 747 censée relancer les ventes du gros-porteur de l'avionneur américain.

250 millions de passagers avec Air France

Une version spéciale, surnommée Air Force One, transporte le président américain lors de ses voyages aériens. D'autres 747 spéciaux existent, comme les quatre Boeing E-4 de l’US Air Force qui peuvent servir de centre de commandement en cas d'urgence, et les deux Shuttle Carrier Aircraft, des 747 de transport pour les navettes spatiales américaines.

Mais toutes les bonnes choses ont une fin. A partir de 2015, les 747 trop coûteux sont progressivement remplacés par des avions plus économiques et moins bruyants, comme les A380 et les Boeing B777. Après 45 ans de services et 250 millions de passagers, le dernier vol d'un 747 de la compagnie Air France a lieu le 14 janvier 2016. Aux Etats-Unis, le 747 effectue son ultime trajet commercial avec Delta Air Lines le 19 décembre 2017, pour une liaison entre Detroit et Séoul.

C’est donc avec les honneurs de son constructeur que le Jumbo Jet, âgé de 50 ans, prend désormais une retraite bien méritée.

Retrouvez ci-dessous les deux vidéos promotionnelles (en anglais) de 1969

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle