Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

[Sortie d’usine] Dans le centre de design de Renault où fut conçue la nouvelle Clio

Sylvain Arnulf , , , ,

Publié le

Vidéo Dans le Technocentre de Guyancourt, l’équipe du design dispose depuis 2017 d’un nouvel espace de travail, le R* Generation design center. La nouvelle Clio, présentée au Mondial de Genève, est l’un des premiers véhicules développés ici, avec de nouvelles méthodes de collaboration.  

[Sortie d’usine] Dans le centre de design de Renault où fut conçue la nouvelle Clio
La nouvelle Clio V attend patiemment son heure dans l'espace de conception de Renault.
© Renault

C’est le plus grand centre de R&D de France, avec ses 12 000 salariés. Ouvert en 1996, le Technocentre de Guyancourt est une forteresse dédiée à la conception des modèles de série et concepts cars de la marque au Losange. Bien que relativement récent, le bâtiment a vieilli et ne correspond plus forcément à l’évolution des modes de travail. Raison pour laquelle certaines branches du tentaculaire complexe sont progressivement rénovées.

C’est le cas du centre de design, qui a subi un profond réaménagement, sous l’égide du cabinet d'architecture Cratier Alix, assistée du studio Jorand Brian pour le mobilier et le design graphique. Des travaux qui ont duré près de deux ans et coûté 11 millions d’euros. L’espace de 27 000m², rebaptisé R*Generation, et livré en avril 2017, a été agrandi pour accueillir des équipes plus étoffées (environ 450 personnes, deux fois plus qu’en 1996).

Les bureaux ont été décloisonnés pour libérer les échanges entre les différents métiers de l’entreprise, dans un esprit pluri-disciplinaire. "On a mis tous les métiers ensemble, le design côte-à-côte avec l’ingénierie et le produit. C’est beaucoup moins hiérarchique, avec un fonctionnement en petites équipes interdisciplinaires", détaille Laurens van den Acker, le directeur du style de Renault.

Les espaces de travail sont désormais distribués autour d’un "atelier" central, sorte de garage automobile où l’on modèle les maquettes et prototypes. L’architecte a joué sur la transparence, avec des cloisons en verre plus ou moins poli, qui correspondent à différents niveaux de confidentialité. Il est ainsi plus facile d’accueillir des partenaires extérieurs sans compromettre la confidentialité des projets en cours.

Une Clio conçue en mode collaboratif

Cette configuration a eu une influence directe sur le mode de conception de l’un des premiers projets développés à R* Generation, la Clio V, présentée au Mondial de Genève. Celle-ci a non seulement bénéficié de la nouvelle organisation du lieu, mais aussi de l’évolution des méthodes de collaboration, avec une approche davantage orientée "ergonomie, interface et expérience utilisateur " (UX / UI) et du recours à de nouveaux outils numériques par les équipes. "Le campus dispose d’une station réalité virtuelle, que l’on utilise dès la phase initiale de conception, pour faire les choix de design", explique Laurens van den Acker. "Cela permet à l’ingénierie de parler plus facilement avec le design et les fournisseurs ; on peut vérifier la qualité, l’assemblage avant de fabriquer les prototypes physiques (ce qui prend beaucoup plus de temps)".

Sur la nouvelle Clio, dont le design extérieur a évolué par petites touches (la précédente version continuant à très bien se vendre), les équipes se sont focalisées sur "l’homogénéité du véhicule", avec une attention aux détails. Un travail fastidieux qui, par essence, demande aux différents métiers de bien communiquer pour éviter les bugs. L’exemple le plus parlant, pour le responsable du design Renault, est la planche de bord, qui fait interagir une multitude de services. "Derrière chaque bouton, il peut y avoir cinq ou six directions d’ingénierie différentes : des ergonomes, des gens qui savent faire les pièces… le nombre d’interlocuteurs explose à chaque étape et sans bonne communication, ça ne fonctionne pas".

Et toutes les zones de la planche de bord ont été revues de fond en comble, avec de micro-détails imperceptibles au premier regard. La distribution des commandes entre l’écran (agrandi) et les boutons a par exemple été revue. "Nous avons sorti les commandes de la ventilation de l’écran, car il fallait naviguer dans les menus pour la régler, ce qui rendait tout le monde fou. Maintenant on peut la régler sans même regarder. D’une manière générale, on a repensé l’ergonomie du smart cockpit, en le centrant sur le conducteur, et redistribué les commandes en fonction du positionnement du corps - interactions visuelles sur le haut de la planche de bord, tactiles sur le bas".

Pour Laurens van den Acker, le prochain défi consiste à intégrer à la démarche design de nouveaux talents numériques non issus de l’automobile. "La prochaine grande bataille issue de l’automobile, c’est l’UX et l’UI", s’enthousiasme-t-il. En 2019, dans le R* Generation Center, on imagine ainsi les interfaces de bord des véhicules qui seront sur les routes en 2022-2023  et il est autant question de logiciel, d'applications mobiles et de services que d'objets de mobilité.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle