Soprema : la stratégie du déploiement à petit pas assure la croissance long terme

La crise ? Connais pas ! Les sept entreprises que nous avons repérées ont en commun  de faire mieux que leurs concurrents sur des marchés souvent cahutés par la concurrence. Nous vous proposons de découvir ici la stratégie de croissance de Soprema, le spécialiste des membranes pour la bâtiment.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Soprema : la stratégie du déploiement à petit pas assure la croissance long terme

Une diversification constante et maîtrisée, soutenue par un actionnaire familial qui réinvestit massivement ses profits. Voilà les ingrédients qui permettent au strasbourgeois Soprema d’afficher une réussite remarquable dans un secteur du bâtiment qui s’enfonce toujours plus dans la crise. Le groupe, spécialiste des matériaux pour l’étanchéité et l’isolation thermique, compte atteindre environ 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2014, soit une croissance de 6 %. Il vient d’annoncer un investissement de 86 millions d’euros pour construire quatre usines, en France, en Allemagne et au Canada. Parti en 1908 de la membrane bitumineuse, Soprema a élargi son marché de niche – l’étanchéité des toits terrasses – avec méthode : en se diversifiant technologiquement avec des membranes plastiques, puis liquides. Mais aussi géographiquement, en se lançant en 1984 sur le marché nord-américain, où il dispose aujourd’hui de quatre usines. En 2009, il aborde un nouveau métier, l’isolation thermique par la ouate de cellulose. Il reproduit sa stratégie de diversification : l’isolation polyuréthane en 2010 puis, aujourd’hui, polystyrène avec la traversée de l’Atlantique au passage.

Le chiffre d’affaires a plus que décuplé en vingt ans, soit « depuis l’arrivée aux commandes de l’arrière-petit-fils du fondateur de Soprema, pointe Hervé Fellmann, le directeur général. Plus de 80 % du résultat net est réinvesti dans l’entreprise. » La famille a le souci de maîtriser la chaîne de valeur. En amont, avec une R & D forte (2 à 3 % du chiffre d’affaires) et une ingénierie qui conçoit les usines. En aval, avec une importante activité de pose, qui permet une remontée d’informations précieuses sur la mise en œuvre de ses produits. « On a su garder notre esprit bâtiment », conclut le dirigeant.

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS