Sony se réorganise et licencie à son tour

,

Publié le

Pour faire face au ralentissement de l'économie, le géant japonais de l'électronique entend réduire de 10% le nombre de ses sites de production à l'international d'ici 2010. Et tailler dans ses effectifs (ce qui a déjà commencé en France).

Faire face à la hausse du yen, au « changement brutal et soudain de l'environnement économique mondial » et « améliorer la rentabilité. » Tels sont les objectifs affichés par Sony dans un communiqué annonçant un plan de restructuration de ses activités à l'international. Restructuration qui doit se traduire, d'ici la fin mars 2010, par le licenciement de 8000 salariés du groupe en contrats à durée indéterminée (sur un total d'environ 160000 dans le monde, dont 1427 en France). S'ajoutera à cela la diminution du recours à des personnels intérimaires (le nombre de postes reste « indéterminé ») selon un porte-parole du groupe, qui ajoute que la répartition géographique des suppressions de postes à prévoir n'a pas non plus été précisée.

Fermetures et délocalisations d'usines

Pour relancer la croissance, Sony veut « réaligner ses sites de production » au Japon et à l'international, « rationaliser » sa production et délocaliser certaines opérations dans des pays à « bas coûts » ou faire appel à des constructeurs pour le compte de tiers (OEM). Le conglomérat japonais entend fermer deux usines d'ici la fin de la prochaine année fiscale, dont celle - déjà confirmée - de Pontonx-sur-Adour dans les Landes (312 salariés), spécialisée dans la fabrication de supports d'enregistrement. D'ici 2010, il devrait en outre réduire de 10% le nombre de sites de production qu'il opère aujourd'hui dans le monde (57 usines).

Investissements en berne

Ce n'est pas tout. Sony, qui se déclare « affecté » par la baisse des ventes de produits électroniques, devrait réduire d'environ 30% les investissements prévus dans sa division électronique d'ici 2010, et « limiter sa présence ou se retirer des marchés non-profitables ou éloignés de son coeur de métier. » L'extension prévue de son usine slovaque d'assemblage de téléviseurs LCD est par exemple « repoussée. » Dans les semi-conducteurs, le groupe envisage par ailleurs d'externaliser dès cette année une partie de sa production de capteurs d'images CMOS (pour « Complementary Metal Oxide Semiconductor ») destinés aux téléphones mobiles.

Passée la réorganisation, Sony espère économiser de l'ordre de 100 milliards de yens par an, soit environ 833 millions d'euros.

Christophe Dutheil
A lire aussi :
Sony ferme son site des Landes : 312 salariés sur la paille
Risque de fermeture rapide pour Sony à Dax

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte