Sony et Panasonic écopent en Europe d'une amende de 166 millions d’euros pour entente dans les batteries

La Commission européenne inflige à Sony et Panasonic une amende de 166 millions d’euros pour entente dans les batteries lithium-ion entre 2004 et 2007. Une sanction qui tombe à un moment difficile pour les deux géants japonais de l’électronique.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Sony et Panasonic écopent en Europe d'une amende de 166 millions d’euros pour entente dans les batteries

Une mauvaise nouvelle pour Sony et Panasonic. La Commission européenne vient de leur infliger une amende de 166 millions d’euros pour entente dans les batteries lithium-ion qui équipent des produits comme les PC portables, les tablettes, les smartphones ou encore l’outillage électrique portatif. La sentence concerne également Sanyo, une société rachetée en 2009 par Panasonic.

Samsung SDI échappe à l'amende

La Commission européenne reproche aux trois groupes japonais d’électronique de s’être entendu sur les prix et d’avoir échangé des informations commerciales sensibles entre février 2004 et novembre 2007. Le coréen Samsung SDI a participé à ces pratiques anticoncurrentielles. Mais il évite l’amende en révélant le premier à Bruxelles l’existence de cette entente. Sans sa collaboration précoce, il aurait écopé d’une amende de 57,7 millions d’euros.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les trois japonais ont tenté de limiter la casse en collaborant à l’enquête de la Commission européenne. Sony subit une amende de 29,8 millions d’euros pour Sony, de 38,9 millions pour Panasonic d’euros et de 97,1 millions d’euros pour Sanyo. Panasonic apparait comme le plus pénalisé. En tant que propriétaire de Sanyo, il devra s’acquitter de 136 millions d’euros, soit près de 82% de l’amende totale.

Sony et Panasonic en difficultés

Cette sanction tombe à un moment difficile pour Sony et Panasonic. Le premier, en difficultés dans les mobiles, doit aussi assumer les pertes provoquées par les deux tremblements de terre qui ont perturbé en 2016 sa production de capteurs d’image et modules caméra, l’une de ses rares activités en électronique à se porter jusqu’alors bien. Il a conclu un accord pour vendre son activité dans les batteries à son compatriote Murata. L’autre, englué dans la spirale de l’érosion du chiffre d’affaires, peine toujours à redresser cinq lignes d’activité, dont la télévision dans le rouge pour la huitième année consécutive.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS