International

Sommet européen sur le climat et l’énergie, un accord a minima

, ,

Publié le

Les chefs d’Etat européens sont parvenus à un accord sur les objectifs énergie-climat pour 2030. Un impératif à un an de la conférence Paris Climat 2015. Mais au prix de nombreuses concessions.

Sommet européen sur le climat et l’énergie, un accord a minima © Nasa

Il fallait un accord à un an de la conférence Paris Climat 2015. Mission accomplie. "C’est un accord très ambitieux pour la planète. L’Europe montre l’exemple", s’est ainsi félicité le président François Hollande. Les 28 prennent en effet les devants en affichant des objectifs chiffrés pour 2030 dans la lutte contre le réchauffement climatique : les émissions de gaz à effet de serre devront diminuer "d’au moins 40%" d’ici à 2030 par rapport à 1990 ; les énergies renouvelables devront atteindre 27% du mix énergétique et 27% d’économies d’énergie devront être réalisés. Des engagements qui devraient permettre aux européens de faire pression sur d’autres pays moins volontaristes, Etats-Unis et Chine en tête. Cet accord "important, solide, permet d’envisager la conférence climatique de l’année prochaine avec une dynamique", a estimé Jean-Vincent Placé, sénateur EELV de l’Essonne.

Le contenu de l’accord ne satisfait cependant pas les ONG de défense de l’environnement comme Greenpeace, qui dénonce "un coup de frein à l’énergie propre". Pour Les Amis de la Terre, "le bilan est sombre : des objectifs sans ambition qui laissent le champ libre aux pollueurs et ignorent les recommandations de la communauté scientifique". La réduction des émissions de 40% en 2030 est "bien en deçà de ce que préconise la communauté scientifique si l’on veut parvenir à limiter l’augmentation de la température du globe en dessous de 2°C", regrette l’ONG.

Pas de contrainte au niveau national pour les renouvelables et l’efficacité énergétique

Arraché au prix d’âpres discussions entre les Etats membres, l’accord a reculé par rapport aux propositions de la commission qui souhaitait un objectif de 30% d’économies d’énergie, contre les 27% retenus. Surtout, seul l’engagement sur la réduction des émissions sera contraignant au niveau national. Les engagements sur les énergies renouvelables et sur l’efficacité énergétique ne sont contraignants qu’au niveau européen, ce qui réduit largement leur portée. L’ajout in extremis d’une "clause de flexibilité" qui laisse la possibilité au Conseil européen de revenir sur les objectifs fixés inquiète par ailleurs certains observateurs. Pas sûr que l’autre flexibilité du texte, le "au moins" associé au 40% de réduction des émissions de CO2, les rassure.

Manuel Moragues

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte