Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Solvay réorganise sa production de carbonate de soude, 450 emplois menacés

,

Publié le

Le chimiste belge a annoncé jeudi "un plan de compétitivité" dans sa production de carbonate de soude avec à la clé 450 suppressions de postes prévues en Europe d'ici à 2016 et la fermeture d'un site au Portugal.

Solvay réorganise sa production de carbonate de soude, 450 emplois menacés © D.R.

Face à une demande de carbonate de soude que Solvay juge contrastée selon les zones géographiques, le groupe belge réorganise sa production. En décembre dernier, le chimiste avait déjà indiqué qu'il risquait de réduire la voilure en Europe en 2013, du fait d'un affaiblissement de la demande et de la concurrence de plus en plus importante du turque Eti Soda.

Face à cette situation, Solvay a donc présenté ce jeudi 6 juin un "plan de compétitivité" prévoyant des ajustements de capacité dans sa production de carbonate de soude. En Europe, où le groupe dit faire face à des "surcapacités structurelles" à cause du ralentissement économique, il a annoncé qu'il supprimera 450 postes d'ici 2016 et que le site de production de Povoa au Portugal sera fermé en janvier 2014.

Des reclassements internes seront proposés

Le groupe va également "aligner la production de son site italien de Rosignano aux besoins du marchés, et "utiliser plus efficacement le potentiel offert par ses usines de classe mondiale situées à Torrelavega (Espagne) et Devnya (Bulgarie)". Aux Etats-Unis, le groupe a décidé d'augmenter sa production de carbonate de soude naturel à Green River dans le Wyoming.

Concernant les suppressions de postes, Solvay a précisé qu'il "veillera à en limiter l'impact social, notamment grâce aux reclassements internes qui seront favorisés par les nombreuses ouvertures de postes sur ses différents sites européens". Au premier trimestre, le chimiste avait expliqué la baisse de 22% du bénéfice net à 86 millions d'euros par la mauvaise conjoncture en Europe.

Julien Bonnet

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle