Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Solvay et Invista pérennisent la plateforme de Chalampé

Gaëlle Fleitour , , ,

Publié le

Renouvelée pour 99 ans, la co-entreprise entre Solvay et Invista, qui produit un intermédiaire chimique de la production de nylon, sera désormais autonome. Le site pourrait également accueillir une nouvelle technologie testée par Invista, ce qui générerait un investissement majeur.

Solvay et Invista pérennisent la plateforme de Chalampé © D.R.

Pour l’usine chimique de Solvay (ex Rhodia Opérations) à Chalampé (Haut-Rhin), l’un des plus grands sites au monde de production de sel de nylon et de ses intermédiaires (polyamide 6.6), l’avenir s’annonce sous de beaux auspices. Le chimiste belge et son partenaire américain Invista viennent de reconduire pour 99 ans leur co-entreprise dans la production d’adiponitrile (ADN), un intermédiaire chimique clé dans la fabrication du nylon. La joint-venture, Butachimie, est née il y a 40 ans, de l’association entre Rhône-Poulenc et DuPont de Nemours, le premier fournissant le terrain et le personnel, le second la technologie ADN.

Des dizaines de créations d’emplois à venir

Butachimie, ont décidé Solvay et Invista, sera désormais autonome. 400 salariés du site travailleront donc directement pour elle, les 600 autres restants dans le giron de Solvay, qui conserve les unités d'acide adipique et l’opération de celles d'hexaméthylène diamine. Une réorganisation qui devrait conduire à la création de plusieurs dizaines d'emplois.

Une étude de faisabilité avant d’envisager les investissements

Avec 500 000 tonnes par an, Chalampé est le premier producteur mondial d’ADN. Mais l’usine est concurrencée par des pays où le gaz est devenu bon marché. Elle espère donc pouvoir bénéficier d’une nouvelle technologie d’Invista, en cours d'industrialisation sur une unité aux Etats-Unis. Mais rien n’est acté, insiste-t-on chez Solvay.

L’implantation de cette technologie à Chalampé, qui pourrait représenter des centaines de millions d’euros si elle était actée mais qui n’interviendrait pas avant 2017, est conditionnée à une étude de faisabilité, technique et économique. Le procédé emploierait toujours le butadiène comme matière première mais de manière plus efficace.

En parallèle, Solvay ambitionne aussi de transformer le site de Chalampé en plateforme, afin d’accueillir de nouvelles entreprises. La direction du site avait déjà tenté d'accueillir des industriels à Chalampé ces dernières années. Mais sans succès, racontent nos confrères de Chimie Pharma Hebdo.

Sur ce site de 125 hectares, 30 à 40 hectares de foncier seraient disponibles. Linde, Air Products ou encore Dalkia ont déjà répondu présents, profitant des opportunités de partage d'utilités, de services, de matières premières, de procédés, ou encore d'équipements. Le site alsacien dispose aussi de rares atouts logistiques avec la disponibilité des modes de transport fluvial, ferroviaire et routier sur place.

Gaëlle Fleitour

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle