Solvay avance ses pions en Russie

Olivier James , ,

Publié le

Le chimiste vient d’annoncer la création d’une co-entreprise avec le russe Sibour. La nouvelle structure opérera sur le marché des tensio actifs.

Solvay avance ses pions en Russie © D.R. - Solvay

La campagne Russe de Solvay progresse. Fortement implanté en Europe de l’ouest, aux Etats-Unis, en Amérique du Sud et en Asie, le groupe de chimie est peu développé en Russie. Et si le Brésil et la Chine demeurent les pays prioritaires pour son développement, la Russie constitue, de l’aveu même du PDG Jean-Pierre Clamadieu, l’une des zones les plus stratégiques pour l’avenir du groupe.

L’annonce de la création d’une co-entreprise à parts égales, dénommée Ruspav, avec la société pétrochimique russe Sibur, ancienne filiale de Gazprom, constitue une avancée supplémentaire dans ce pays difficile d’accès pour nombre d’industriels.

Le marché visé : les tensio actifs, des molécules omniprésentes dans l’industrie. Elles modifient le comportement de surfaces des fluides, apportent des propriétés de nettoyage, d’émulsification ou bien encore de mouillage.

On les retrouve dans des produits aussi variés que les gels douches, les détergents, la peinture, le traitement des métaux, l’extraction du pétrole et du gaz… C’est précisément pour les marchés de la cosmétique, de la détergence, du pétrole et du gaz que Solvay s’associe à Sibur.

Renforcement d’une présence fragile

"Le site de Ruspav sera localisé à Dzerzhinsk, près du site pétrochimique de Sibur, à 400 km à l'est de Moscou, et devrait être opérationnel en 2015", selon le groupe. Dans le détail, la société russe offrira à Ruspav "son accès privilégié aux matières premières, ses capacités de production et sa logistique".

Quant à Solvay, via son activité Novecare, il apportera "son expertise technologique, sa connaissance des formulations et des applications marché, ainsi que son réseau de clients fortement implantés dans la région".

Cette co-entreprise renforce une présence encore fragile de Solvay en Russie. Il n’y a pas si longtemps, en 2010, le groupe a essuyé un revers concernant le projet d’acquisition d’une installation industrielle à Berezniki. Il s’agissait d’une soudière avec une capacité de production annuelle de 500 000 tonnes de carbonate de soude.

D’autres projets annoncés ces dix dernières années n’ont pas aboutis. Il y a peu, Solvay a vendu en Russie des activités liées aux secteurs pharmaceutique (au groupe Abott) et automobile (à Plastic Omnium). Pour le moment, Solvay produit essentiellement dans le pays des câbles acétate, utilisés dans les filtres à cigarette. Une présence restreinte, donc.

Mais le vent pourrait enfin tourner en faveur du groupe pour les prochaines années. Un projet d’usine de production de PVC devrait voir le jour en 2014, déjà annoncé en 2007 mais retardé à plusieurs reprises. Il a également été mené avec Sibur et a conduit à la création d’une co entreprise nommée RusVinyl (entre Sibur et Solvin, elle-même co entreprise entre Solvay et BASF).

Le site pourrait produire jusqu’à 330 000 tonnes de PVC par an et bénéficiera de l’accès aux matières premières du groupe Russe. Montant de l’investissement : environ 1,5 milliard d’euros. Solvay pourrait bientôt se mettre à l’heure russe…

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte