Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Solarezo dépose le bilan

, , , ,

Publié le

L’entreprise Solarezo, spécialisée dans la production de panneaux photovoltaïques et l’installation de parcs solaires, emploie 90 salariés, pour l’essentiel des anciens de l’usine Sony à Pontonx-sur-l’Adour, dans les Landes.

Solarezo dépose le bilan © Solarezo

C’est avec un sentiment de gâchis que Laurent Giraud, PDG de Solarezo, dépose le bilan. L’entreprise avait dans les "tuyaux" un carnet de commandes prévisionnel avoisinant les 55 millions d’euros : un gros contrat au Maroc et l’exploitation pendant vingt ans d’une centrale de cogénération sur l'un des sites industriels du Landais DRT (Dérivés résiniques et terpéniques), spécialisé dans la valorisation de la colophane et de l'essence de térébenthine extraites de la résine du pin.

Mais, pour que tous ces nouveaux contrats se concrétisent, Solarezo avait besoin d’un important financement : entre 5 et 10 millions d’euros. Les négociations engagées depuis plus d’un an avec les banques, les fournisseurs, son actionnaire principal, DRT, et la CCI des Landes n’ont malheureusement pas abouti. Pour Laurent Giraud, PDG de Solarezo, la responsabilité en revient aux banques.

Dans un communiqué, il déclare que ce sont les "seules à faire défaut dans le plan raisonnable, cohérent et collectif". En janvier, la Chambre de commerce et d’industrie des Landes avait déjà choisi d’apporter son soutien à Solarezo en votant une participation à hauteur de 100 000 euros.

Accusant le coup depuis le moratoire du gouvernement sur le solaire en 2010, l'entreprise avait vendu une centrale photovoltaïque d'une puissance de 3 mégawatts à Burgas, dans l'est de la Bulgarie et s’était diversifiée en se lançant avec l'appui de DRT dans le chauffage biomasse. Désormais, Solarezo va solliciter un redressement judiciaire auprès du tribunal de commerce pour tenter de trouver une solution et de sauver les 90 emplois.

Si la société a son siège social à Lyon (Rhône-Alpes), la majorité des salariés sont à Pontonx-sur-l’Adour (Landes), depuis qu’elle avait racheté le site en 2009 à Sony, qui y fabriquait des cassettes VHS. Depuis quinze jours, les employés de cette usine sont au chômage partiel.

Nicolas César

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle