Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Solar Impulse 2 prêt pour la conquête du monde

Gaëlle Fleitour , , , ,

Publié le

Après les records établis par son premier avion solaire, Solar Impulse a dévoilé son nouvel appareil. Plus grand, toujours léger, et bientôt lancé pour un tour du monde… Un projet entre rêve et haute technologie.

Solar Impulse 2 prêt pour la conquête du monde © Solar impulse

Sur la discrète base militaire aérienne de Payerne, en Suisse, c’est un objet hors du commun qui a été dévoilé mercredi 9 avril. Un avion solaire blanc, au design épuré, d’une envergure de 72 mètres mais pesant le poids d’une voiture : 2,3 tonnes. Son nom : Solar Impulse 2. Le fruit de douze ans de calculs, simulations et tests menés par 80 partenaires choisis par un duo suisse charismatique : le psychiatre et explorateur Bertrand Piccard, et l’ingénieur et serial-entrepreneur André Borschberg. Démarches sportives, regards d’un bleu perçant, les deux hommes ont présenté devant un parterre international leur nouveau-né, assemblé secrètement ici depuis deux semaines après avoir été conçu sur une autre base militaire, à Dübendorf.

Albert II de Monaco, et de nombreux PDG présents

Si Albert II de Monaco, Jean-Pierre Clamadieu, le PDG du chimiste Solvay, ou encore Pascal Brier, le directeur général de l’ingénieriste Altran, se sont déplacés, c’est que l’événement est de taille : cet avion devrait réaliser en mars 2015 un tour du monde sans aucun carburant. Une première pour un vol solaire, destinée à faire l’apologie des énergies renouvelables. A la tribune, l’émotion des aventuriers est palpable. Ce sont eux qui se relaieront aux commandes de l’avion, chacun couvrant seul une étape de plusieurs jours. Ils survoleront successivement la mer d’Arabie, l’Inde, la Birmanie, la Chine, l’océan Pacifique, les Etats-Unis, l’Atlantique et l’Europe du Sud jusqu’au Golfe persique. "Solar Impulse 2 aura une autonomie quasi perpétuelle, veut croire André Borschberg. Il s’agit maintenant de rendre le pilote aussi durable que son avion. C’est pourquoi le tour du monde sera une aventure humaine autant que technologique."

Envol dans moins d’un an

Pour rendre cette aventure possible, les 80 ingénieurs et techniciens de Solar Impulse ont planché avec leurs partenaires sur de nouvelles technologies capables de restreindre le poids de l’avion, à peine plus lourd que le premier prototype malgré ses huit mètres d’envergure supplémentaires, et donc de réduire drastiquement la consommation d’énergie.

Un travail acharné d’un an et demi pour les trente chercheurs de Bayer MaterialScience, l’autre chimiste enrôlé dans le projet. Fiers de découvrir enfin le cockpit de l’avion, après avoir planché des mois sur son isolation qui utilise des mousses de polyuréthane aux pores très fins. Rendez-vous est pris pour voir les améliorations qu’ils pourront apporter au fur et à mesure des vols d’entraînement réalisés cette année. Richard Northcote, le responsable développement durable de Bayer MaterialScience, rêve déjà de suivre ensuite quelques étapes du tour du monde. Chez Solvay aussi, le tout premier partenaire du projet, l’émotion est grande. "Cela a été un événement-clé dans l’histoire de Solvay", confie Jean-Pierre Clamadieu. Ce projet quasi fou, dont n’ont pas voulu les grands de l’aéronautique (mis à part Dassault Aviation), eux y ont cru. Ils n’attendent désormais plus qu’une chose : voir cet oiseau blanc hors du commun déployer ses ailes dans moins d’un an.

Gaëlle Fleitour, en Suisse

Les principales innovations du nouvel avion solaire

Une structure en feuilles de fibre de carbone pesant 25 grammes par mètres carré, trois fois plus légères que le papier. 

17 248 cellules solaires de l’épaisseur d’un cheveu. 

Des moteurs présentant 6% de déperdition d’énergie, contre 70% pour les moteurs thermiques normaux. 

Des batteries avec une densité énergétique élevée de 260Wh/kg. 

Une interface homme-machine qui indiquera au pilote l’angle d’inclinaison latérale grâce à un dispositif de vibration.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle