Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Solaire thermique au Maroc : six projets de R&D dotés de 1,6 million d'euros

, ,

Publié le

Le programme InnoTherm III va soutenir au Maroc six projets innovants dans le solaire thermique qui viennent de faire l'objet d'une convention de financement à Rabat. Montant : 1,6 million d'euros pour des développements dans le séchage flash des phosphates, la micro CSP ou la climatisation solaire.

Solaire thermique au Maroc : six projets de R&D dotés de 1,6 million d'euros
Le ministre de l'énergie, Abdelkader Amara, la ministre déléguée auprès du ministère de l'enseignement supérieur, Soumaya Benkhaldoun et le directeur général de l'IRESEN Badr Ikken
© DR

Écoles d'ingénieurs, universités, centres technologiques et entreprises du Maroc, France, Suisse, Espagne, Belgique ou d'Allemagne, vont être associés au sein de six projets de R&D autour du solaire thermique dans le cadre du programme InnoTherm III.

Ces projets ont été sélectionnés par l'IRESEN, l'Institut marocain de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles basé à Rabat. (voir détail à la fin de cet article).

Parmi ceux-ci on trouve notamment le développement d’un procédé de séchage solaire flash des phosphates pour le compte du géant OCP avec le suisse Airlight déjà présent au Maroc, l'Université de Fès et le centre de R&D espagnol CTAER. Ou encore plusieurs expérimentations dans le domaine de la climatisation solaire.

Faisant suite à l’appel à projets InnoTherm 2013, la signature des conventions a été présidée le 19 mai à Rabat par le ministre de l'énergie, Abdelkader Amara, la ministre déléguée auprès du ministère de l'Enseignement supérieur, Soumaya Benkhaldoun et le directeur général de l'IRESEN Badr Ikken.  

En 2014, "l’IRESEN franchira le cap de 125 millions de dirhams [11 millions d'euros NDLR] pour le financement des projets de R&D."  a indiqué dans son allocution Abdelkader Amara. 

Ceux-ci portent aussi bien sur le photovoltaïque, le solaire thermique, l’éolien que la biomasseUne démarche qui s'inscrit dans la montée en puissance des énergies vertes au Maroc.

Selon Abdelkader Amara "à l’horizon 2020, les énergies renouvelables représenteront 42% de la puissance [électrique NDR] installée, en développant 2000 MW d’énergie solaire, 2000 MW d’énergie éolienne et 2000 MW hydraulique. L’investissement global pour les trois programmes des énergies renouvelables est évalué à 13,1 milliards de dollars, soit près de 60% de l’investissement total prévu pour le secteur de l’énergie" au Maroc sur cette période.

"plus de 6,5 kwh/m²/jour d’irradiation"

Accompagner la stratégie énergétique nationale
L'Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (IRESEN) a été créé en 2011 par le ministère marocain de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement (MEMEE) pour accompagner la stratégie énergétique nationale dans les énergies nouvelles. Il réunit le Fonds d'investissement marocain pour les énergies renouvelables (SIE), l'Agence nationale pour le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (ADEREE), l'agence solaire marocaine (MASEN), l'Office de l'électricité et de l'eau potable (ONEE), l’Office chérifien des phosphates (OCP), Managem ou encore l’Office des hydrocarbures et des mines (ONHYM).
Le ministre de l'énergie marocain a, notamment, justifié l'engouement du royaume pour l'énergie solaire par "le potentiel (…)  illustré par un ensoleillement moyen estimé à plus de 6,5 kwh/m²/jour d’irradiation."

Il a rappelé à Rabat des exemples de travaux déjà menés par l'IRESEN et ses partenaires depuis deux ans comme le développement de batteries Lithium-Ion "compétitives et performantes" mené par l’université Cadi Ayyad de Marrakech avec le groupe Managem via son centre de recherche Reminex et des scientifiques espagnols.

Autre projet cité : celui du développement de miroirs de Fresnel linéaire par l’université Moulay Ismail de Meknès alliée à Intertridim, entreprise de construction métallique basée à Bouskoura près de Casablanca et Aqylon, une startup parisienne qui développe des produits relatifs à l’énergie renouvelable et à l’efficacité énergétique.

A cela s'ajoute notamment le projet "révolutionnaire" de parc thermo-solaire low-cost sur technologie à coussin d'air et sur structure en béton d’Aït Baha menée par Ciments du Maroc (Italcimenti) et le suisse Airlight Energy avec le concours de l’Université Ibnou Zohr d’Agadir et l’Ecole polytechnique de Zurich.

D'autres travaux sont en vue puisque sur ce début d'année, selon l'IRESEN :"42 projets ont été soumis dont 11 sélectionnés pour la deuxième phase de soumission et pourront bénéficier ainsi d’une enveloppe budgétaire de 40 millions de dirhams mobilisée au titre de l’année 2014".

Nasser Djama

Les six nouveaux projets innovants dans le solaire thermique du programme Innotherm III au Maroc

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle