Solaire, Delphine Batho encourage le "made in Europe" innovant

Alors que la filière solaire photovoltaïque broie du noir depuis des mois, avec des défaillances ou des réductions de postes à la chaîne, la ministre de l’écologie, Delphine Batho a annoncé ce 7 janvier une série de mesures qui visent à débloquer les investissements dans le secteur et une production européenne, pour peu qu’elle se fonde sur des produits innovants.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

 Solaire, Delphine Batho encourage le

Les acteurs de la filière photovoltaïque attendaient des mesures d’urgence, leur vœu a été réalisé par Delphine Batho ce 7 janvier 2013. Attendu depuis un an par les industriels pour les aider à lutter contre une concurrence chinoise féroce, un bonus aux installations "made in Europe" est notamment mis en place.

Les projets de petites installations (jusqu’à 100 kW) pourront ainsi bénéficier d’une bonification du tarif de rachat si le processus de transformation des plaquettes de silicium aux cellules photovoltaïques et/ou les opérations de soudage, d’assemblage et de laminage des cellules ont été réalisées sur un site de production européen. Celle-ci s’élèvera à 5% si une de ces conditions est remplie et à 10% pour les deux. En revanche, les installations non intégré au bâtiment (quand le système photovoltaïque ne remplace pas les éléments de toiture) verront le tarif dit T5 baisser de 20%. Elles resteront cependant éligibles à la bonification. Au final un bonus et un malus visant à favoriser des systèmes photovoltaïques européens plus innovants. Ces mesures s’appliquent rétrocativement à compter du 1er octobre 2012.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Des coûts supportés par EDF et les ménages

Par ailleurs pour soutenir la filière, la ministre de l’Energie a annoncé le lancement de deux appels d’offres en 2013 pour des grandes installations (supérieures à 250 kilowatts). Le premier appel d’offres pour un total de 400 mégawatts a déjà été transmis à la CRE (Commission de régulation de l’énergie). Ses critères privilégient au-delà de la compétitivité-coût, la contribution au climat et celle "à la recherche, au développement et à l’innovation".

Pour ce qui concerne les installations de taille moyenne (de 100 à 250 kilowatts), les appels d’offres seront poursuivis avec un cahier des charges modifié. Celui-ci prendra en compte un critère de contribution à la protection du climat qui intègrera l’évaluation carbone du processus de fabrication des modules photovoltaïques. Ce qui vise, là encore, à lutter contre la concurrence chinoise.

Le coût annuel de ces mesures a été évalué par le ministère dans une fourchette très large puisqu’il se situe entre 90 millions et 170 millions d’euros. Du simple au double ! L’ensemble ne grèvera toutefois pas les comptes publics mais ceux d’EDF et des ménages qui supporteront ces coûts.

Camille Chandès

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS