Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Sogefi, des îlots reconfigurables

Frédéric Parisot

Publié le

Des machines que l’on déplace au gré des besoins de la production, ce n’est plus de la science-fiction ! Chez Sogefi, c’est déjà une réalité. L’équipementier automobile, spécialiste des systèmes d’admission d’air en injection plastique, est engagé depuis plusieurs années dans un programme de réduction des stocks sur son site d’Orbey dans le Haut-Rhin (1 200 salariés, 265 millions d’euros de chiffre d’affaires). "À chaque fois qu’un client consomme une pièce, nous en produisons une nouvelle : c’est le modèle ultime vers lequel nous souhaitons aller", indique Denis De Becker, l’ex-directeurdes opérations Europe chez Sogefi à l’origine du projet. Mais pour atteindre cet objectif, il faut pouvoir changer de production le plus rapidement possible. Aussi, l’industriel a entièrement revu l’organisation de son atelier.

Aujourd’hui, la production des pièces de grande série a été organisée par îlots. Chaque îlot contient plusieurs modules, avec par exemple une machine d’injection, une machine de soudage, un poste d’assemblage et un poste de contrôle qualité. Ces modules sont montés sur roulettes pour être facilement déplaçables. Les opérateurs peuvent ainsi les transporter du magasin de stockage vers la zone de production en fonction du planning. L’alimentation des machines en énergie et en matières premières est rapide à mettre en place, car tous les câbles et tuyaux passent par le plafond de l’usine. En plus des chantiers Smed (Single minute exchange of die), qui visent à réduire au maximum les temps de changements d’outils, consigne a été donnée de contrôler systématiquement l’état des moules d’injection ; afin d’éviter les mauvaises surprises au démarrage d’une nouvelle fabrication.

Grâce à ces précautions, Sogefi change un îlot de production en trente minutes seulement. C’est le temps maximum qui doit être mesuré entre la dernière pièce "bonne" et la première pièce "bonne" de la nouvelle série. Sur ces îlots modulaires, la production peut changer deux à trois fois par jour. Et l’industriel applique progressivement cette organisation au reste de sa production, c’est-à-dire aux pièces de plus petites séries. Aujourd’hui, les visiteurs sont surpris de voir des machines et non des pièces dans le magasin de stockage. "Dès qu’une nouvelle référence passe en zéro stock, cela libère de la place dans le magasin pour entreposer davantage de machines prêtes à produire. Un cercle vertueux qui nous a déjà permis d’économiser plusieurs millions d’euros de besoins en fonds de roulement", commente Denis De Becker.

Avoir une production flexible et reconfigurable présente un intérêt évident, et Sogefi a démontré que cela permet même d’engranger des gains significatifs. Mais surtout, alors que nombre d’industriels hésitent à s’équiper de peur d’avoir à effectuer de lourds investissements, l’équipementier a prouvé qu’il était possible d’opérer cette transformation de manière progressive.

F. P.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle