SoftBank réussit à entrer au capital d'Uber

par Liana B. Baker et Heather Somerville
SoftBank réussit à entrer au capital d'Uber
Le groupe japonais SoftBank Group a réussi son pari d'entrer au capital d'Uber Technologies en profitant d'une large décote, rapporte jeudi le Wall Street Journal en citant des sources proches du dossier. /Photo prise le 22 septembre 2017/REUTERS/Toby Melville

(Reuters) - Un consortium mené par le groupe japonais SoftBank Group va prendre une participation importante dans Uber Technologies à l'occasion d'une cession de titres valorisant la société de transport à 48 milliards de dollars (40 milliards d'euros), a annoncé Uber jeudi.

Uber a consenti une décote de 30% par rapport à sa valorisation la plus récente, qui était de 68 milliards de dollars, mais c'était le prix à payer pour faire entrer un actionnaire de référence qui confortera le nouveau directeur général Dara Khosrowshahi dans ses efforts pour réformer la gouvernance du groupe américain après des mois de turbulences et de scandales qui ont terni son image.

SoftBank et le reste du consortium, qui comprend notamment Dragoneer Investment Group, détiendront environ 17,5% d'Uber, a précisé une source proche du dossier. Pour y parvenir, ils ont racheté des titres mis en vente par des actionnaires et salariés de la société américaine et accepté aussi d'apporter 1,25 milliard d'argent frais.

Ce dernier investissement de 1,25 milliard de dollars sera effectué sur la base de la valorisation plus ancienne (68 milliards de dollars), a ajouté la source.

Uber a indiqué que l'opération serait bouclée au début 2018.

SoftBank avait fixé un seuil minimal de 14% pour son entrée au capital. Le japonais aura finalement une participation de 15%, laissant 3% au reste du consortium, a dit une deuxième source.

Le succès de l'opération, d'abord révélé par le Wall Street Journal, constitue une première victoire pour Dara Khosrowshahi qui a pris ses fonctions en août et s'est mis aussitôt en quête de nouveaux actionnaires pour le géant américain des VTC (véhicules de tourisme avec chauffeur).

L'apport d'argent frais servira à "soutenir nos investissements technologiques, alimenter notre croissance et renforcer notre gouvernance d'entreprise", a déclaré Uber, qui perd plus d'un milliard de dollars par trimestre.

UN CONSEIL D'ADMINISTRATION ÉLARGI

Rajeev Misra, patron du Vision Fund de SoftBank, un véhicule d'investissement de 98 milliards de dollars dédié aux nouvelles technologies, sera l'un des deux représentants du groupe japonais au conseil d'administration d'Uber.

Parmi les changements attendus, avant une introduction en Bourse prévue pour 2019, Dara Khosrowshahi entend notamment porter le conseil d'administration de 11 à 17 membres, dont quatre administrateurs indépendants, et réduire les droits de vote et l'influence de certains actionnaires historiques, à commencer par son encombrant prédécesseur Travis Kalanick.

"Les parties prenantes ont pris la bonne décision. Le prix compte moins que l'assurance de mettre en oeuvre les changements de gouvernance et d'obtenir le soutien du premier investisseur mondial en hautes technologies", a commenté Erik Gordan, expert en entreprenariat à la Ross School of Business (Université du Michigan).

"Dans le cas contraire, la valeur du groupe aurait de toute façon baissé avec le retour des conflits internes et la possibilité d'un retour de Kalanick", a-t-il ajouté.

Masayoshi Son, le fondateur de SoftBank, a déjà des participations dans une kyrielle de sociétés de VTC, Didi en Chine, 99 au Brésil, Ola en Inde et Grab à Singapour.

Son arrivée au capital d'Uber intervient après une année difficile pour la société américaine, poursuivie en justice par Waymo, la filiale de voitures autonomes d'Alphabet qui l'accuse de vol de secrets commerciaux, et qui fait aussi l'objet d'enquêtes fédérales pour des soupçons de corruption en Asie et d'utilisation frauduleuse de logiciels lui permettant de contourner la réglementation de son secteur d'activité.

La perte de sa licence d'exploitation à Londres, des accusations de harcèlement sexuel en interne et l'aveu de la dissimulation d'un piratage informatique à large échelle ont ajouté aux déboires du groupe ces derniers mois.

Travis Kalanick a été évincé en juin mais il reste administrateur de la société et en est également l'un des principaux actionnaires.

(avec la contribution de Laharee Chatterjee à Bangalore,; Véronique Tison pour le service français)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 29/08/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS