SoftBank propose à WeWork un financement lui donnant le contrôle

Publié le

par Greg Roumeliotis, Anirban Sen et Franklin Paul

SoftBank propose à WeWork un financement lui donnant le contrôle
SoftBank Group propose d'avancer 5 milliards de dollars (4,5 milliards d'euros) pour maintenir WeWork à flot dans le cadre d'une opération qui ferait du conglomérat technologique japonais l'actionnaire majoritaire de l'entreprise américaine de location de bureaux en partage. /Photo d'archives/REUTERS/Issei Kato
© Issei Kato

(Reuters) - SoftBank Group propose d'avancer 5 milliards de dollars (4,5 milliards d'euros) pour maintenir WeWork à flot dans le cadre d'une opération qui ferait du conglomérat technologique japonais l'actionnaire majoritaire de l'entreprise américaine de location de bureaux en partage, ont déclaré lundi à Reuters des sources proches du dossier.

WeWork pourrait être à court de trésorerie dès le mois prochain sans nouveaux financements, ont dit les sources. L'entreprise a renoncé le mois dernier à un projet d'introduction en Bourse face aux doutes des investisseurs, qui s'inquiètent de ses pertes massives, de la viabilité de son modèle et de la gestion du cofondateur et ancien directeur général Adam Neumann, désormais président du conseil.

Outre sa proposition de financement via notamment des lettres de crédit et des obligations, SoftBank propose aussi d'accélérer un achat de titres qu'il s'est engagé à réaliser auprès de WeWork pour un montant alors de 1,5 milliard de dollars sous la forme de "warrants" expirant en avril, ont ajouté les sources.

Cet engagement a été pris en janvier sur la base d'une valorisation de WeWork à 47 milliards de dollars mais SoftBank cherche désormais à renégocier cet accord à partir d'une valorisation d'environ 8 milliards, selon les sources.

SoftBank propose encore de lancer une offre de 3 milliards de dollars pour acquérir des titres WeWork auprès des actionnaires actuels, y compris Adam Neumann, ont poursuivi les sources. En fonction des résultats de cette offre, le groupe japonais pourrait posséder à l'issue de l'opération entre 60% et 80% de WeWork mais cherchera à ne pas consolider l'entreprise dans ses comptes, a dit l'une des sources.

SoftBank contrôle déjà environ un tiers du capital de WeWork via plusieurs investissements successifs d'un montant total de 10,6 milliards de dollars.

Adam Neumann pourrait démissionner du conseil d'administration de WeWork dans le cadre d'un accord avec SoftBank pour se contenter d'un rôle de conseiller, ont dit les sources. Marcelo Claure, directeur général adjoint de SoftBank, lui succéderait à la présidence du conseil, ont-elles ajouté.

Le conseil d'administration de WeWork se réunira mardi pour examiner l'offre de SoftBank, a dit l'une des sources. JPMorgan Chase s'efforce aussi de son côté de mettre en place un financement alternatif, ont dit les sources.

WeWork, SoftBank et JPMorgan ont refusé de s'exprimer sur le sujet.

(Bertrand Boucey pour le service français)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte