Socgen met ALD en Bourse, le coût du risque soutient le résultat

par Julien Ponthus et Maya Nikolaeva
Socgen met ALD en Bourse, le coût du risque soutient le résultat
Société générale va introduire en Bourse ALD, sa filiale de leasing et de gestion de flottes de véhicules, a annoncé jeudi la banque, à l'occasion de la publication de résultats annuels soutenus par une forte diminution du coût du risque à travers l'ensemble de ses métiers. /Photo d'archives/REUTERS/Arnd Wiegmann

PARIS (Reuters) - Société Générale va introduire en Bourse ALD, sa filiale de leasing et de gestion de flottes de véhicules, a annoncé jeudi la banque, à l'occasion de la publication de résultats annuels soutenus par une forte diminution du coût du risque à travers l'ensemble de ses métiers.

"Son introduction en Bourse lui ouvrira de nouvelles possibilités pour accélérer son développement par de nouveaux canaux de vente et partenariats, lui assurant la capacité à saisir des opportunités de croissance", explique Socgen dans un communiqué.

La banque précise qu'elle conservera le contrôle de cette filiale, qui gère 1,4 million de véhicules dans 41 pays et dont elle attend des "synergies commerciale et financière importantes au sein du groupe".

Le fait d'être coté permettra à ALD, qui compte 4.200 salariés, de financer des acquisitions sur les marchés ou de les payer en actions, une option intéressante pour une entreprise qui a multiplié les rachats, en Europe comme en France, de plus petits concurrents.

La Bourse a par exemple été utilisée par Amundi, la filiale cotée de gestion d'actifs mise en Bourse par Crédit agricole, pour lever une partie des capitaux nécessaire au rachat de son concurrent italien Pioneer.

La baisse des taux d'intérêt a rendu la location de longue durée de voitures de tourisme ou de véhicules professionnels de plus en plus attractive et constitue un relais important de croissance pour des banques françaises telles que BNP Paribas et sa filiale dédiée Arval.

100 AGENCES FERMERONT EN 2017

En ce qui concerne ses résultats financiers 2016, Société générale s'est félicitée d'une forte baisse du coût du risque, soit des provisions constituées pour des crédits risquant de ne pas être remboursés.

Le coût du risque a plongé à 486 millions d'euros au quatrième trimestre contre 1,157 milliard durant la même période de 2015 et se contracte de près de 32% sur l'année à 2,091 milliards alors que le consensus Reuters/Inquiry Financial tablait sur 2,311 milliards.

Au total et sur l'année 2016, la banque au logo rouge et noir affiche un bénéfice net en repli de 3,2% à 3,874 milliard d'euros, soit légèrement mieux que les 3,838 milliards du consensus Reuters.

La persistance de taux d'intérêt historiquement bas et la renégociation des prêts immobiliers continuent de rogner les revenus de la banque de détail en France, même si le pôle dégage sur l'année un résultat net en hausse de 3,1% à 1,486 milliard d'euros, notamment grâce à des effets fiscaux.

Face aux changements d'habitude des clients, de moins en moins nombreux à fréquenter les agences, Société générale a décidé de réduire de 20% son réseau d'agences d'ici 2020. Socgen précise ce jeudi avoir procédé à la fermeture de 92 agences en 2016 et en prévoit une centaine en 2017.

L'irruption prochaine sur le marché d'Orange Bank, qui a promis une "rupture" en matière de prix, fait craindre à certains observateurs une guerre des prix et un effondrement des marges similaire à celui qui a suivi l'entrée de l'opérateur Free sur le marché de la téléphonie mobile.

La loi Macron, qui facilite désormais les démarches des particuliers pour changer de banque, pourrait aussi favoriser les banques en ligne, aux tarifs moins élevés, au détriment des établissements traditionnels.

Société générale compte néanmoins sur sa filiale de banque en ligne Boursorama, qui vient de franchir le cap du million de clients fin janvier, pour capter une partie de ces consommateurs tentés par le tout numérique.

Société générale présentera à la fin de l'année un nouveau plan stratégique à moyen terme avec "une nouvelle organisation simplifiée".

Le dividende proposé par la banque à ses actionnaires pour l'exercice 2016 sera de 2,20 euros contre 2 euros pour 2015, soif neuf centimes de plus que le consensus des analystes.

La banque a précisé qu'elle entendait conserver sa politique de distribution de 50% de ses profits et qu'elle avait pour objectif la progression du dividende.

Le ratio de solvabilité Common Equity Tier 1 s'élevait au 30 septembre à 11,5%, soit 10 points de base de plus qu'au trimestre précédent.

(Julien Ponthus, édité par Wilfrid Exbrayat)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 29/08/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS