SocGen creuse ses pertes à cause des dépréciations et du COVID-19

PARIS (Reuters) - Société générale a fait état lundi d'une nouvelle perte au deuxième trimestre après avoir passé dans ses comptes deux dépréciations dans ses activités de marché et avoir multiplié par quatre ses provisions pour risque de crédit du fait de la récession économique liée au nouveau coronavirus.
Partager
SocGen creuse ses pertes à cause des dépréciations et du COVID-19
Société générale a fait état lundi d'une nouvelle perte au deuxième trimestre après avoir passé dans ses comptes deux dépréciations dans ses activités de marché et avoir multiplié par quatre ses provisions pour risque de crédit du fait de la récession économique liée au nouveau coronavirus. /Photo prise le 4 février 2020/REUTERS/Benoit Tessier

La troisième banque française par la capitalisation boursière, après BNP Paribas et Crédit agricole SA, indique dans un communiqué avoir enregistré sur le trimestre une dépréciation d'écart d'acquisition de 684 millions d'euros.

Une seconde charge de 650 millions d'euros a également été passée pour dépréciation d'impôts différés.

Au deuxième trimestre, la perte nette s'élève du coup à 1.264 millions d'euros. Hors dépréciations, le résultat net ressort à 70 millions d'euros.

Dans le contexte de la crise économique, qui fait craindre des défauts de paiements et des reports d'échéance de remboursement, les provisions pour mauvaises créances ont grimpé à 1.279 millions d'euros sur le trimestre écoulé contre 314 millions un an plus tôt et 820 millions au premier trimestre.

Dans la banque de financement et d'investissement (BFI), les produits structurés ont continué de souffrir de l'annulation des paiements de dividendes, la banque soulignant toutefois une reprise progressive de l'activité à la mi-mai.

En revanche, à l'instar des banques américaines et de son concurrent BNP Paribas, le trimestre a été meilleur sur les activités taux, crédit et change avec une hausse de 38,1% des revenus.

Les produits structurés ont du coup plombé le trading actions où les revenus ont reculé de 79,5% après un plongeon de 99% entre janvier et mars.

(Maya Nikolaeva et Matthieu Protard, édité par Jean-Michel Bélot)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

94 - Champigny-sur-Marne

Acquisition de matériels de nettoyage

DATE DE REPONSE 16/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS