Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

SNCM : la perspective d'un redressement judiciaire inquiète les syndicats

, ,

Publié le

La CGT de la SNCM a qualifié samedi 5 juillet le secrétaire d'Etat aux Transports Frédéric Cuvillier de "menteur" et "liquidateur", après qu'il s'est montré favorable au redressement judiciaire de la compagnie maritime en difficulté. "Dire la vérité, ça n'est pas tromper", a répondu le secrétaire d'Etat ce lundi matin.

SNCM : la perspective d'un redressement judiciaire inquiète les syndicats © Louis Moutard-Martin - Wimedia commons

Les syndicats de la SNCM ont dénoncé avec virulence samedi 5 juillet la perspective d'un redressement judiciaire pour la compagnie maritime. Un scénario avancé par le secrétaire d'Etat aux Transports, Frédéric Cuvilier, pour qui ce serait "le seul moyen pour redonner un avenir à la SNCM, faire qu'elle redevienne un fleuron".

En réaction à cette déclaration, la CGT de la SNCM a qualifié le secrétaire d'Etat aux Transports de "menteur" et de "liquidateur". "Le redressement judiciaire, c'est un moyen de démanteler la SNCM, avec plus d'un millier de licenciements", a souligné le syndicat.

"Prendre en compte la réalité, qu'elle soit économique, juridique ou humaine"

"Je crois qu'aucune invective ne peut faire disparaitre la réalité, qu'elle soit économique, juridique ou humaine de cette société. Et dire la vérité ça n'est pas tromper les milliers de personnes qui travaillent à la SNCM, sur la situation de la SNCM", a répondu Frédéric Cuvillier, invité de France Inter ce lundi 7 juillet.

Le Premier ministre Manuel Valls avait soutenu le secrétaire d'Etat dimanche, affirmant qu'il avait "eu raison de dire la vérité". C'est la première fois que l'État, actionnaire à 25% de la SNCM aux côtés de Transdev (66%) et des salariés (9%), envisage publiquement cette option comme une solution aux déboires récurrents de l'entreprise (14 millions de pertes en 2012 - les comptes 2013 n'ont pas encore été publiés - et une double condamnation européenne pour un montant de 440 millions d'euros au total).

"Le renouvellement de la flotte est indispensable"

Sur France Inter, Frédéric Cuvillier a aussi nié être revenu sur ses déclarations au sujet du renouvellement de la flotte de la compagnie. "Le renouvellement de la flotte est indispensable, je le confirme et je le réaffirme, simplement comment voulez vous (...) faire payer à une société qui n'en a pas les moyens ces bateaux ?", s'est interrogé le secrétaire d'État, ajoutant que des expertises avaient été menées et que le gouvernement proposait la solution d'un financement par l'intermédiaire d'un portage par une société d'investissement.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle