SNCF Réseau au bord de la crise de nerfs

Alors que les syndicats de la SNCF ont appelé à la grève ce mercredi 9 mars afin d'exiger de meilleures conditions de travail, retour sur une situation de plus en plus tendue pour l'entreprise. La démission récente du président de SNCF Réseau, confirmerait la situation précaire du gestionnaire d’infrastructures ferroviaires. Pour son successeur, la tâche semble insurmontable sans un soutien de l’Etat. A moins qu’il ne soit déjà trop tard.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

SNCF Réseau au bord de la crise de nerfs
Jacques Rapoport

La démission de Jacques Rapoport, rendue publique le 24 février, a surpris tous les observateurs du monde ferroviaire. Le Président du gestionnaire d’infrastructures ferroviaires SNCF Réseau (ex-RFF) a mis en avant son âge. Il atteindra la limite d’âge fin mai 2017. Pour résoudre les difficultés de cette entité de la SNCF, il préconise la nomination d’un nouveau dirigeant qui puisse travailler sur le long terme. Des explications qui ne convainquent qu’à moitié. Son bail avait été renouvelé il y a sept mois seulement…

Jacques Rapoport subissait de plein fouet les retombées du déraillement du Paris-Limoges en gare de Brétigny-sur-Orge. Il était, de plus, confronté à une équation financière insoluble : comment stabiliser l’endettement de SNCF Réseau, comme le prévoit la réforme ferroviaire du 4 août 2014, sans le concours de l ’Etat tout en continuant à financer de nouvelles lignes ? La dette de la SNCF atteignait 44 milliards d’euros fin 2014, dont 37 milliards pour SNCF Réseau. A ce rythme, les 50 milliards seront dépassés en 2020.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

3 milliards d'euros de dettes supplémentaires en 2015

L’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer) est montée au créneau à plusieurs reprises pour dénoncer cette dérive. Le 15 février, elle a émis un avis exemplaire à propos du CDG Express, qui doit relier en 2023 la Gare de l’Est à Paris à l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle. L’Etat a décidé, suite aux échecs des précédents projets, de recourir à une concession de travaux associant SNCF Réseau et Aéroports de Paris (ADP). Le montant des travaux est estimé à 1,6 milliard d’euros.

L’Arafer a donné un avis favorable mais demande à l’Etat de financer la part de SNCF Réseau. Et de rappeler que la réforme ferroviaire impose une règle d’or pour limiter l’endettement. Les investissements ne peuvent dépasser un ratio financier de 18 (dette nette sur marge opérationnelle). L’endettement de SNCF Réseau s’est alourdi de 3 milliards d’euros en 2015 et aucune amélioration n'est en vue cette année, car il n’est pas possible de faire moins de travaux, le vieillissement du réseau, notamment en Ile-de-France, restant préoccupant malgré les sommes englouties (2,4 milliards d’euros par an).

L'Etat traîne les pieds

Jacques Rapoport attendait de signer un contrat de performance avec l’Etat comme le prévoit la réforme. Or Bercy fait trainer les choses. Ce contrat pluriannuel doit définir les objectifs financiers, les moyens alloués aux travaux, les efforts de chaque partie pour stabiliser la dette. La lettre spécialisée Mobilettre a cité plusieurs noms pour remplacer Jacques Rapoport, à partir du 10 mars prochain, dont ceux d’Alain Krakovitch, directeur du Transilien, et de Florence Parly, directrice générale déléguée de la SNCF. Quel que soit l’heureux ou l’heureuse (?) élu(e), le rétablissement de SNCF Réseau devient mission impossible, tant que l’Etat stratège n’est pas de retour.

Olivier Cognasse

2 Commentaires

SNCF Réseau au bord de la crise de nerfs

fred
02/03/2016 14h:50

Catastrophique politique de transports française.
L'Etat doit reprendre la dette du réseau comme en Allemagne pour donner un nouveau départ au rail.

Réagir à ce commentaire
Patrick
03/03/2016 23h:30

Dans le cadre de la faillite de l´Etat, et des entreprises liées, une mise en faillite ne suffira pas. Alors arrêtons de suite les nouvelles lignes comme la LGV au sud de Bordeaux vers l´Espagne, fermons les petites lignes dont les passagers ne payent même pas le diesel, et dans tous les cas, une réorganisation est nécessaire pour que ces organisations fonctionnent un minimum correctement.

Réagir à ce commentaire
2 Commentaires

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS