Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

SNCF offre un service minimum aux voyageurs français

Olivier Cognasse ,

Publié le

La France piétine allègrement la notion de service dans le ferroviaire sur les transports nationaux, urbains et régionaux. Explications avec Dominique Riquet, vice-Président de la commission des transports au Parlement européen depuis 2009.

Kevin Hoogheem CC Flickr

"Le voyageur ferroviaire étant la partie faible du contrat de transport, il convient de sauvegarder ses droits à cet égard", rappelle le règlement (CE) N°1371/2007 du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2007 sur les droits et obligations des voyageurs ferroviaires.

Un texte qui oblige les entreprises ferroviaires à informer les voyageurs en cas de retard, à les dédommager, à protéger les personnes à mobilité réduite, à assurer les bagages… (Voir ici)

Malheureusement, ce règlement est soumis à des dérogations, qui ont été reconduites dans un rapport présenté à Bruxelles, mercredi 16 septembre. Rédigé au printemps dernier (voir ici), il énonce les dérogations accordées par les Etats membres sur les droits et obligations des voyageurs ferroviaires.

Et la surprise est de taille quand on apprend que la France bénéficie encore pour cinq nouvelles années de dérogations totales pour les transports nationaux, urbains, suburbains et régionaux, au même titre que des grands pays du monde ferroviaire comme... la Bulgarie, l’Irlande, la Lettonie et la Roumanie.

Cela signifie que les opérateurs exerçant en France ne sont tenus à aucune obligation pour informer et assister les usagers en cas de retard, à aucune indemnisation et réacheminement, qu’aucun service n’est obligatoire pour aider les personnes handicapées,…

Un statut en or pour les cheminots

"Ce qui m’avait frappé, c’est que le niveau des droits des voyageurs est au strict minimum, au même niveau que des pays qui ont de sérieux problèmes de transport ferroviaire, alors que le personnel de la SNCF a l’un des meilleurs statuts en Europe avec le plus de droits", constate Dominique Riquet, député européen (UDI) et vice-Président de la commission des transports au Parlement européen depuis 2009.

Seuls quatre pays appliquent pleinement le règlement : le Danemark, l’Italie, les Pays-Bas et la Slovénie.

"Les chemins de fer français ont un déficit de productivité et de coût de 35% par rapport à l’Allemagne, en raison de la durée et de l’organisation du travail, du coût social, regrette le député européen. Alors qu’on enregistre une révolution sur la route (autopartage, véhicules électriques, véhicules sans conducteur,…), qui va devenir non polluante et renouvelable, le ferroviaire reste immobile. Le 4ème paquet ferroviaire va arriver avec un tas de dérogations." Ce quatrième paquet avait pour mission principale l’ouverture du marché à la concurrence.

"Le ferroviaire français, un système diabolique"      

Pour Dominique Riquet, la SNCF et le système ferroviaire français vont entrer dans une grave crise. La réforme n’a rien réglé. "Le ferroviaire est un système diabolique. La SNCF a bien profité du TER, mais les régions n’ont plus les moyens de le subventionner. Elles peuvent ouvrir le marché à la concurrence. Après les élections régionales, nous aurons peut-être des majorités politiques moins complaisantes vis-à-vis de la SNCF." C’est oublier que les régions se sont déjà révoltées contre le manque de transparence et les coûts exagérés imposés par la SNCF… 

Le vice-président de la commission des transports au Parlement européen est également inquiet pour "l’industrie ferroviaire française, qui est aux ordres de l’opérateur national et ne vend pas ailleurs". Une dernière affirmation, certes exagérée, mais qui traduit les inquiétudes pour notre champion national, Alstom.

Olivier Cognasse

 

Réagir à cet article

3 commentaires

Nom profil

23/09/2015 - 10h11 -

Si vous êtes bien cheminot vous devriez soigner votre orthographe, votre texte bourré de fautes ne sert pas beaucoup votre cause. J'adore le train, et la France reste encore à ce jour assez forte sur la technique. Pour ce qui est du service et de l'accueil client malheureusement c'est pitoyable. Il suffit de voyager un peu pour se rendre compte que le client est bien mieux considéré et traité n'importe où ailleurs en Europe, si on excepte le contre-exemple de l'Angleterre. Résultat, l'usage du train régresse au profit du covoiturage et du bus. Et c'est encore plus flagrand chez les jeunes !
Répondre au commentaire
Nom profil

18/09/2015 - 14h47 -

Votre constat est une grave offense, sans obligation, la SNCF réalise la garanti voyageur alors que thello faut seulement le stricte minimum.
Le statut de cheminot n'as rien d'exceptionnel et la concurrence ne fait qu'aggraver le risque d'accident avec la technique du risque calculer.

Pour le service régional TER, la responsabilité et a l'état, ce dernier doit financer les régions qui finance la SNCF. Avant 1990 l'état demander à la SNCF de faire un service public et a la fin de l'année le déficit était payer par l'état.

Je vous propose au ministre d'apprendre le fonctionnement d'un train, le métier des agents SNCF et après pouvoir faire des choix au lieu de satisfaire les investisseurs privé qui veulent faire bosser des esclave et récupérer le maximum d'argent sans investissement.

La SNCF et ses agents ont les meilleurs compétence au monde, oui au monde.
En effet c'est la seul entreprise qui a su faire rouler sur des rails un train a une vitesse de 574,8 km/h. Et la SNCF est présenté sur tous les continent.
D'ailleurs les ministre ont un bien meilleurs statut que les cheminots.
Répondre au commentaire
Nom profil

18/09/2015 - 11h52 -

on a privatisé bon nombre de sociétés publiques depuis bien longtemps... y compris EDF et GDF qui n'etaient pas des bastions du liberalisme.
quend on a privatisé france telecom.... la cgt poussait à acheter les actions....

Quand nos gouvernants vont ils privatiser la sncf.....
ceci dit l'exemple de la grande bretagne laisse reflechir....
mais on pourrait au moins reduire les subventions à cette maudite boutique!
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle