[SNCF] Jean-Cyril Spinetta lance la révolution des chemins de fer

Les conclusions tant attendues de Jean-Cyril Spinetta , l’ancien patron d’Air France, sur l’avenir du ferroviaire en France ont enfin été rendues au Premier ministre. Remise en cause du statut des cheminots, prise en charge de la dette par l’Etat, fermeture de petites lignes, ouverture à la concurrence… Au gouvernement de trancher.

Partager
[SNCF] Jean-Cyril Spinetta lance la révolution des chemins de fer
Des trains Corail

Fin du statut du cheminot pour les nouvelles recrues et nouveau contrat social, ouverture à la concurrence progressive dès 2019, reprise d’une partie de dette par l’Etat, filialisation de Fret SNCF… C’est le rapport que toute la SNCF attend avec impatience et angoisse depuis des jours et des jours. Jean-Cyril Spinetta vient enfin de remettre, ce jeudi 15 février son rapport sur l’avenir du ferroviaire au Premier ministre Edouard Philippe dans un secret à peine éventé. Car c’est bien une révolution qui se prépare à la SNCF si les préconisations de la commission présidée par l’ancien patron d’Air France sont retenues par le gouvernement. Car l'avenir du ferroviaire français est lié à une transformation pour sortir d'une situation préoccupante et d'une dette gigantesque (autour de 50 milliards d'euros).

La fin du statut des cheminots

Il en sera fini du statut des cheminots. Pour ne pas trop brusquer les choses et s’attirer une réaction violente des syndicats, seules les futures embauches seront concernées par cette mesure. L’inverse parait de toute manière difficilement applicable. Il demande également l’ouverture d’une procédure de départs volontaires pendant deux ans pour réduire les sureffectifs. Pas sûr que les syndicats apprécient. Et SNCF Mobilités pourrait devenir une société anonyme à capitaux publics.

Le rapport prépare aussi l’ouverture à la concurrence. Il préconise une ouverture progressive dès 2019 et jusqu’en 2023 avant la véritable mise en concurrence des opérateurs.

Fermer certaines lignes

"Nous demandons un bilan économique pour certaines petites lignes", a affirmé Jean-Cyril Spinetta devant quelques journalistes à la sortie de son entrevue avec Edouard Philippe et Elisabeth Borne, la ministre des Transports. Il demande à SNCF Réseau d’étudier précisément les lignes ferroviaires très peu utilisées et qui demanderaient à ne pas rester dans le giron de la SNCF. Il demande aussi de ne pas investir dans la modernisation dans la partie du réseau la moins utilisée. Et concentrer les crédits sur les lignes les plus fréquentées. SNCF Réseau sera mandaté pour fermer les lignes.

Mais ce n’est pas fini, une recommandation propose d’augmenter la contribution des régions pour les TER progressivement. En clair, arrêter de matraquer le TGV en limitant les hausses. La commission propose aussi de revoir les barèmes des péages pour garantir une meilleure santé économique aux TGV et d’augmenter les montants alloués aux travaux de modernisation.

Pour la dette de SNCF Réseau, il demande à l’Etat d’en prendre une partie et surtout d’interdire de nouveaux endettements insoutenables. Elle augmente chaque année de 3,2 milliards d’euros avec 1,5 milliard pour les intérêts.

Fret SNCF filialisé

Le rapport dans sa préconisation numéro 17 s’attaque à une activité particulièrement malade : Fret SNCF. Il propose ni plus ni moins de recapitaliser et de filialiser. Peut-être avant une revente ? Enfin, Gares & Connexions pourrait rejoindre le giron de SNCF Réseau alors que certaines gares "d’intérêt régional et local" pourraient être transférer aux régions. Une manière de garantir une certaine impartialité quand de nouveaux opérateurs vont arriver.

2018.02.15_Rapport-Avenir-du-transport-ferroviaire.pdf by L'Usine Nouvelle on Scribd

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS