Economie

[SNCF] "Ils ont choisi la peine capitale sur le statut", dénonce Didier Aubert, secrétaire général de la CFDT Cheminots

Olivier Cognasse , ,

Publié le

Entretien Quelques heures après l’annonce du projet de loi sur le ferroviaire, Didier Aubert, secrétaire général de la CFDT Cheminots, réagit pour l’Usine Nouvelle et ne voit pas d’autre issue que la grève, comme les trois autres syndicats représentatifs à la SNCF.

[SNCF] Ils ont choisi la peine capitale sur le statut, dénonce Didier Aubert, secrétaire général de la CFDT Cheminots © CFDT Cheminots

L'Usine Nouvelle - Finalement, le projet de loi présenté par la ministre des Transports, Elisabeth Borne, ne vous a pas surpris ?

Didier Aubert - On aurait bien aimé être surpris. Depuis les annonces du Premier ministre, Edouard Philippe, il n’y a rien de nouveau. Ils sont restés droit dans leurs bottes. Ils sont dans la situation de comptabiliser les réunions. Ils nous parlent de grain à moudre. Nous ne voyons ni grain, ni moulin.

Elisabeth Borne met en avant les ordonnances pour favoriser la concertation ?

On a des soucis d’interlocuteurs. Je ne parle pas d’Elisabeth Borne et de ses conseillers. Ils viennent tous de la SNCF. Mais chez les députés, on avait des personnalités qui connaissaient le ferroviaire, y compris à droite avec Dominique Bussereau et Louis Nègre. Au sein de LRM, il n’y a personne. Et les discussions évoquées par la ministre durent généralement une heure et demi et jamais avec les mêmes interlocuteurs.

La question de la dette ne sera pas intégrée dans la loi. Qu’en pensez-vous ?

Mais où va-t-on la traiter ?

Le gouvernement parait inflexible sur le statut ?

Le statut, c’est notre convention collective. Nous n’avons pas de treizième mois, nous subissons une mobilité forcée,…C’est un équilibre. On a des difficultés pour recruter. Le statut a été créé pour fidéliser les cheminots. Ils ont choisi la peine capitale sur le statut. La fin est annoncée. Nous avons le choix sur le mode et la date.

Peut-on le défendre avec l’ouverture à la concurrence ?

Avec l’ouverture à la concurrence, il faudra un cadre social au niveau de la branche. Ce cadre avec le transfert du personnel, cela se construit. Il ne faut pas oublier que dans certains pays ouverts à la concurrence, la participation des finances publiques est deux à trois fois supérieure à celle de la France.

Demain soir, les syndicats de cheminots se réunissent pour décider d’un mouvement social. Allez-vous appeler à la grève ?

La CFDT est forcée et contrainte d’appeler à la grève. Les cheminots ne comprendraient pas que nous restions en dehors. Un sondage interne indiquait cette semaine que 93% des cheminots étaient favorables à la grève. Nous allons regarder la manifestation du 22 mars. Cela sera un bon indicateur. Il ne faut pas opposer les cheminots aux usagers. Il faut sensibiliser l’opinion publique. Mais la grève devrait avoir lieu en avril.

Propos recueillis par Olivier Cognasse

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

15/03/2018 - 09h43 -

Les cheminots ne sont même pas concernés par cette réforme! Seuls le sont ceux qui le deviendront! Parler de décision brutale est quand même exagéré: celui qui vient d'entrer à la SNCF, gardera le statut toute sa vie soit environ 40 ans plus sa période de retraite! la peine capitale? Non mort lente, très lente!! En ne faisant rien, on ne fera qu'accumuler la dette payée par qui? tous les français!!!
Répondre au commentaire
Nom profil

15/03/2018 - 17h22 -

Les syndicats veulent prendre leur revanche, par rapport aux ordonnances de la loi travail. La réforme est nécessaire et utile pour préparer à la concurrence, et surtout, offrir une prestation correcte à nos clients, qui paient quand même cher le billet. Syndicalistes et cheminots soyez responsables, transformons notre SNCF afin qu'elle devienne performante, et même meilleure, face aux concurrents. Si rien est fait, la SNCF n'existera plus dans quelques années. Avec la réforme, l'organisation de la SNCF doit aller vers la performance : management, motivation, responsabilisation, implication, ....
Répondre au commentaire
Nom profil

15/03/2018 - 18h58 -

Bien sur qu'ils le sont ! La suppression du statut poir les nouveaux embauchés entraine la fin de la caisse des retraites, la fin de la couverture sante telle qu'elle existe a la SNCF par exemole..... Et puis les cheminots veulent que les nouveaux embauchés aient au moins les meme droits. Pourquoi ils auraient moins ? Ca ne changerait rien a nos vies a nous, mais beaucoup pour eux. ...
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte