SNCF : bénéfice net en recul, plan d'économies à l'horizon

Le groupe de transports publics, dirigé par Guillaume Pépy, affiche un bénéfice net en baisse de 38 % à 418 millions d'euros pour le premier semestre. Mauvaise conjoncture oblige, un plan d'économies de 100 millions d'euros est prévu. Malgré tout, les obj

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

SNCF : bénéfice net en recul, plan d'économies à l'horizon
Premier semestre en berne pour la SNCF. La compagnie doit officiellement présenter ses résultats ce mercredi au cours d'un conseil d'administration. Mais le groupe a déjà dévoilé quelques mauvaises performances dans un communiqué diffusé hier soir tardivement. La compagnie ferroviaire (filiales comprises) a vu son bénéfice net reculer de 38 % à 418 millions d'euros, imputable notamment à des éléments non récurrents comme la couverture des risques de taux et de change pour l'entreprise (70 M€) et d'impôts différés (155 M€). Par ailleurs, sur ce premier semestre, l'entreprise a également provisionné 55 millions pour dépollution de sites ferroviaires.

Malgré tout, la SNCF maintient des objectifs 2008 en hausse. Elle vise notamment 1,3 milliard de bénéfice net, en progression par rapport au milliard réalisé en 2007. Toute fois, la compagnie ferroviaire s'est déclarée vigilante face à l'actuel ralentissement économique qui pourrait affecter la branche Transport et Logistique ainsi que le trnasport de voyageurs "loisirs".

Hors filiales, le bénéfice net baisse de 17%

Dans la foulée, le groupe a annoncé « des actions d'adaptation » de 100 millions d'euros du fait du «ralentissement observé de l'activité économique dans notre pays», précise la SNCF. Mais pour la CGT-Cheminots, il s'agit plutôt d'un « plan d'économies » qui ne dit pas son nom. Didier Le Reste, le secrétaire général du syndicat, estime que "20 millions sur les 100 vont concerner des frais de personnel" soit "1 000 emplois de cheminots".

Par ailleurs, d'après un document que s'est procuré l'AFP, le groupe a réalisé au premier semestre un bénéfice net récurrent de 306 millions d'euros, en baisse de 17% sur un an, et un chiffre d'affaires de 12,5 milliards d'euros, en progression de 7%, tiré une fois de plus par les activités grandes lignes.
Toujours selon le document, le groupe de Guillaume Pépy a enregistré hors filiales, une hausse de 6,3% de son chiffre d'affaires et un résultat courant stable par rapport à 2007. L'excédent brut d'exploitation atteint 843 millions d'euros, en hausse de 8,5% sur un an.


Le fret, toujours dans le rouge

Quant à l'activité fret, en difficultés chroniques, elle continue de s'enfoncer dans le rouge avec une perte courante de 136 millions d'euros, soit une aggravation de 22% par rapport à 2007. L'ensemble du chiffre d'affaires de la branche perd 1,8%. Lundi soir, la direction de la branche avait annoncé la délocalisation, au Maroc, de la saisie manuelle des contrats de transports de marchandises. Un mauvais signe de plus pour Didier Le Reste. Le responsable estime que cet événement est bien la preuve que la SNCF " n'a pas suffisamment de moyens humains et matériels pour faire face aux enjeux". Et que de nouvelles suppressions d'emplois seraient donc injustifiées.

Carmela Riposa

A lire aussi :
La SNCF délocalise au Maroc la facturation du fret, 26/08/2008


Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS