Quotidien des Usines

Smoby Toys regroupe sa logistique dans le Jura

, , , ,

Publié le

La filiale française de l’Allemand Simba Dickie investit 10 millions d’euros dans un entrepôt logistique automatisé et informatisé à Moirans-en-Montagne (Jura), près d’une de ses usines de production.

Smoby Toys regroupe sa logistique dans le Jura © Smoby

Après avoir déjà injecté 20 millions d’euros dans la modernisation de son outil industriel, Smoby Toys, filiale depuis 2008 du groupe familial allemand Simba Dickie, revoit aujourd’hui toute sa logistique.

Un entrepôt de 25 000 ou 30 000 mètres carrés remplacera d’ici à un an les six sites actuels, répartis dans le Jura et l’Ain tout proche.

L’investissement qui s’élève à 10 millions d’euros n’entraînera aucun licenciement parmi les 41 emplois dédiés à la logistique chez le premier fabricant français de jouets. "Les conditions de travail seront moins pénibles, l’activité lissée sur toute l’année, nos flux plus cohérents et au final les délais de livraison raccourcis de plusieurs jours", explique Thomas Le Paul, directeur général de Smoby Toys.

Un actionnaire patient

L’entreprise exploite deux sites de production dans le Jura : à Moirans-en-Montagne et Arinthod. Elle dispose aussi d’une usine en Espagne avec près de 70 personnes et des implantations commerciales en Italie et à Hong-Kong.

Elle réalise 120 millions d’euros de chiffre d’affaires avec 450 personnes en France. Son activité consolidée s’élève à 145 millions d’euros (600 salariés). Les exportations représentent 40% des ventes.

Si Smoby Toys, redevenu rentable, réorganise progressivement toutes ses politiques, elle le doit à son actionnaire d’outre-Rhin. "Michael Sieber est un homme qui mise sur le long terme et ne réclame pas de dividendes", indique Thomas Le Paul.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

29/10/2012 - 17h44 -

Quand l'actionnaire voit loin... Il y a 10 ans on les disait perdus, no rentables, désuets et je ne sais plus quel autre ragot. Smoby a maintenant la chance d'avoir un visionnaire à sa tête. Une tête, quoi! Et pas la dictature de la bourse, l'ultra-cout terme, atmosphère de "hold-up permanent avec possible balle perdue" - comment voulez-vous avancer, même travailler correctement ainsi? La Chine n' a plus besoin de notre argent pour sa stratégie de développement. C'est ici, en Europe, en France que cela se passe, et pas seulement dans l'infime partie de la plasturgie qui possède ses produits propres.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte