Environnement

SkyWater industrialise la récupération d'eau de pluie

, , ,

Publié le

Rien ne prédisposait Loïc Gouzien et Willy Rohdmann à devenir des spécialistes de la récupération industrielle d'eau de pluie.

SkyWater industrialise la récupération d'eau de pluie

Diplômés en informatique de gestion, Loïc Gouzien et Willy Rohdmann ont tissé leur amitié autour d'une ambition: créer une entreprise. Sans idée précise. C'est dans son jardin, un jour d'orage, que l'idée de se lancer dans la récupération d'eau de pluie à grande échelle est venue à Willy Rohdmann.
Les 14 % d'augmentation annuelle de sa facture d'eau l'ont convaincu. Loïc Gouzien a suivi. Une étude de marché d'un an et demi a confirmé la pertinence de l'idée mais a aussi pointé les problèmes à résoudre: pour industrialiser le système, il ne fallait pas chercher à rendre l'eau potable.

L'offre existante se limitait à des citernes de stockage pour particuliers. Pour investir le marché industriel, ils se sont appuyés sur une technologie proposée en Allemagne par la société Uwo. Puis ont développé un «surpresseur» qui garantit un débit constant lors du basculement de l'alimentation vers le réseau de ville lorsque la citerne est vide. «Nous avons déposé un brevet européen et faisons régulièrement valider notre cahier de laboratoire auprès d'un huissier pour protéger notre savoir-faire», précise Willy Rohdmann.

Les deux entrepreneurs ont aussi développé un logiciel pour paramétrer les installations en fonction de la configuration géographique et technique des bâtiments. «Nous prenons en compte les précipitations mensuelles locales des quatre dernières années fournies par Météo France», indiquent les créateurs.

  • Pour un usage professionnel, un système de récupération d'eau de pluie doit garantir un débit constant. SkyWater a développé une technologie brevetée: un «surpresseur» qui permet d'éviter les baisses de charge lorsque l'alimentation d'eau bascule de la citerne (eau conservée) au réseau de ville.

  • Les collecteurs de toits, citernes et autres équipements complémentaires proviennent d'une technologie allemande, Uwo, mais sont fabriqués sur mesure en France. Pour les dimensionner, SkyWater a développé un logiciel qui tient compte de la météo locale et des installations techniques.

Vente par concession


Pour vendre leur technologie, ils ont «demandé à l'avocat qui a rédigé les statuts de notre société de préparer en même temps un contrat de concession», raconte Willy Rohdmann. SkyWater s'appuie en effet sur un réseau de 38 concessionnaires départementaux, techniciens indépendants ou PME, qui ont acheté la concession pour 20000 euros. Ils ne versent aucune royaltie en plus. En contrepartie, ils doivent confier les études techniques dûment rétribuées à SkyWater.

Après un premier client, un particulier, c'est la mairie de Châlons-en-Champagne (Marne), qui a étrenné la technologie. L'eau de pluie qui ruisselle sur le toit de la salle polyvalente est récupérée dans une citerne pour arroser le terrain de foot. SkyWater recrute aussi dans la grande distribution et chez les professionnels de la logistique, qui disposent de grandes surfaces de toitures permettant de récupérer l'eau servant au lavage de véhicules et aux sanitaires.

Les industriels de la distribution d'eau, comme Saur ou Veolia, observent l'entreprise sans intervenir car ils ne visent pas ce marché. Pour l'instant. Une loi votée le 13 décembre 2006 prévoit des exonérations fiscales pour les particuliers. Si la mesure était étendue aux entreprises - nos créateurs ont tenté de convaincre certains parlementaires -, la donne pourrait changer. D'ici là, SkyWater compte lever des fonds pour se développer commercialement et, pourquoi pas, assurer elle-même la fabrication des équipements.

Aurélie Barbaux

L'ENTREPRISE

  • Siège Reims (Marne)
  • Création Janvier 2004
  • Dirigeants Loïc Gouzien et Willy Rodhmann
  • Statut SARL
  • Capital 35 000 euros
  • Actionnaires Fondateurs (50/50)
  • Chiffre d'affaires 2006 1million d'euros
  • Effectif 6 personnes

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte