Quotidien des Usines

Skytanking investit 30 millions d'euros dans le nouveau dépôt pétrolier de l’aéroport de Nice

Michel Bovas (Alpes-Maritimes) , ,

Publié le

Construit et exploité par le groupe belge Skytanking, le nouveau dépôt pétrolier garantira à l'aéroport de Nice (Alpes-Maritimes) une autonomie en kérosène d'une semaine contre un jour actuellement. La livraison est prévue pour 2016.

Skytanking investit 30 millions d'euros dans le nouveau dépôt pétrolier de l’aéroport de Nice © Mika Stetsovski - Flickr - C.C.

Le groupe belge Skytanking, spécialisée dans la gestion de dépôts de carburants pour l’aviation sur les grands aéroports (Bruxelles, Munich, Athènes, Luxembourg et Chicago), a décroché il y a deux ans la délégation de service public (DSP) du nouveau dépôt pétrolier de l'aéroport de Nice (Alpes-Maritimes).

Ce projet était à l’étude depuis bientôt dix ans et a nécessité de nombreuses autorisations et enquêtes. Le groupe va investir de 25 à 30 millions d'euros afin de financer à la fois l’équipement, construire le dépôt et l’exploiter, pour une durée de trente ans, en versant une redevance à l’aéroport. Le permis de construire a été déposé en janvier et la fin des travaux est prévue en 2016.

Le site est situé au sud de la plate-forme aéroportuaire, côté mer. Il dispose de  trois cuves semi-enterrées à deux mètres sous le niveau des pistes dans une sorte de "piscine" à sec. Ce dispositif permet de bloquer toute fuite de liquide (carburant ou eau utilisée pour lutter contre l’incendie).Une quatrième cuve pourra être construite plus tard en fonction des besoins.

Les capacités insuffisantes par rapport au trafic aérien

L’aéroport, qui traite plus de 11 millions de passagers par an, disposera d’une autonomie en kérosène J et A1 d'une semaine (soit 5 400 mètres cubes), contre une journée actuellement (une cuve de 1 800 mètres cubes). Ses capacités étaient insuffisantes par rapport au nombre d’appareil reçus chaque année sur le tarmac niçois (104 000 mouvements) sans compter l’important trafic d’aviation d’affaires (25 000 mouvements) ou encore d’hélicoptères.

Deux oléoducs, sous les pistes, relieront le dépôt à la station de distribution où les camions-citernes s'approvisionneront avant d’alimenter en kérosène les avions. Le carburant est actuellement acheminé des dépôts pétroliers de Puget-sur-Argens (Var) et de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) à l’aéroport de Nice par une noria de camions-citernes sur l’autoroute A8. La situation du nouveau dépôt, le long de la mer, lui permet d’envisager à terme un acheminement du kérosène par voie maritime depuis Fos.

Michel Bovas

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte