SKF : 2.500 emplois supprimés, la France relativement épargnée

Publié le

Le fabricant suédois SKF, leader dans les roulements à billes, a annoncé mercredi 10 décembre la suppression de 2.500 emplois dont 1.300 intérimaires, en réponse à la crise du secteur automobile.

Déjà au troisième trimestre, le groupe avait réduit sa production pour s'adapter à la chute du secteur de l'automobile. En effet, il affichait encore à cette date un bénéfice net en hausse de 7% à 124 millions d'euros. Mais il avait prévenu que le reste de l'année serait beaucoup plus rude.

Pour 2008, il table, en effet, sur un bénéfice d'exploitation limité à 158 millions d'euros. Un an plus tôt, il était de 207 millions d'euros environ.

Le groupe prévoit donc pour le quatrième trimestre une baisse du volume total de l'activité de 15% par rapport à l'année précédente. Une chute essentiellement due à la dégradation de la division automobile, déjà affectée, et la tendance négative des autres activités industrielles. « De nombreux clients ont réduit leur production et ont prévu des arrêts de production en décembre et janvier », précise le communiqué du groupe.

100 départs volontaires en France

Les principaux pays concernés par ce plan massif seraient les Etats-Unis, la France, l'Italie, l'Ukraine, le Brésil et l'Argentine. Mais cette annonce n'arrive pas comme un coup de massue pour le groupe français. « Les mesures ont été accélérées par la crise », reconnaît Flavie Ducasse du service communication en France.

Plus précisément, cette annonce regroupe « diverses mesures annoncées en interne dans les différentes usines du groupe du monde entier », selon elle. Pour la France, seule l'usine de Saint-Cyr-sur-Loire devrait fermer deux lignes de production et 100 salariés devraient partir sur la base du volontariat. D'après Flavie Ducasse, les onze autres sites français ne seraient pas affectés.

Les coûts de restructuration de SKF devraient s'élever à 46 millions d'euros environ. Le bénéfice des mesures est, quant à lui, évalué à 24 millions d'euros, avec un effet réel attendu en 2010.

Barbara Leblanc

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte