Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Six vignettes pour interdire les véhicules polluants dans Paris... au lieu de quatre

Frédéric Parisot

Publié le

Ségolène Royal a perdu son bras de fer contre Anne Hidalgo. La ministre de l’Environnement a abandonné son projet de réduire à quatre le nombre de catégories de véhicules polluants, permettant à la Maire de Paris de déployer son plan d’action pour l’air prévu depuis un an.

Six vignettes pour interdire les véhicules polluants dans Paris... au lieu de quatre © Flickr c.c. Damián Bakarcic

Six catégories de véhicules polluants, et non quatre. En abandonnant le système de classement des véhicules à quatre niveaux qu’elle avait proposé en début d’année, la ministre de l’Environnement Ségolène Royal revient à un système d’identification compatible avec le calendrier de la Mairie de Paris.
 
Retour en arrière
 
Il y a un an, Anne Hidalgo avait annoncé sa volonté d’interdire, à compter du 1er juillet 2016, la circulation des véhicules antérieurs à 1997, la semaine entre 8 heures et 20 heures. Elle s’était appuyée pour cela sur les ZCR (zones de circulation restreinte) et les six catégories de véhicules polluants introduits à l’occasion de la loi sur la Transition énergétique de 2014. Les villes de Grenoble, Strasbourg et Versailles auraient déjà manifesté leur intérêt pour un système similaire.
 
Mais en janvier, la ministre de l’Environnement avait affolé la Mairie de Paris en révisant le système de classement. Plutôt que d’affecter des vignettes à tous les véhicules, Ségolène Royal souhaitait mettre en place un système à quatre niveaux pour identifier uniquement les véhicules fabriqués après 2006. L’annonce avait fait grincer des dents, notamment celles des membres du Groupement des autorités responsables de transport (Gart). 
 
Tâche ardue pour les policiers
 
Avec des vignettes pour les seuls véhicules postérieurs à 2006, la tâche des agents chargés d’identifier et de verbaliser les véhicules non autorisés à rouler dans les ZCR se serait révélée impossible. En outre, modifier le calendrier prévu par la Mairie de Paris, en interdisant les véhicules antérieurs à 2006 au lieu de 1997, aurait pu avoir de lourdes conséquences, en triplant le nombre de véhicules déclarés du jour au lendemain indésirables dans les rues de la capitale. "Nous exigeons un système plus progressif, sinon il sera contre-productif, braquera les habitants et les élus n’appliqueront pas ces zones", prévenaient à l’époque les représentants du Gart.
 
Heureusement, leur parole et celle de la maire de Paris a finalement été entendue par la ministre de l’Environnement, qui est revenue sur sa décision en fin de semaine dernière. "Nous avons obtenu gain de cause avec le retour aux six vignettes annoncées il y a un an", se félicite Yann Mongabru, le négociateur du Gart, selon nos confrères des Echos. Dans le détail, ce sont sept et non pas six vignettes qui seront délivrées, la septième correspondant aux véhicules électriques par définition non polluants.
 
Ces certificats, obligatoires à partir du 1er juillet 2016, seront délivrés gratuitement pendant six mois, puis ils coûteront 5 euros, à la charge des automobilistes. Les amendes encourues vont de 35 à 450 euros. Un arrêté devrait définir prochainement quelles rues de la capitale seront concernées et lesquelles feront office d’exception.
 
Frédéric Parisot

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle