Tout le dossier Tout le dossier

Six véhicules autonomes testés sur le campus de l’EPFL

Dans le cadre du projet européen CityMobil2, six navettes autonomes ont été déployées sur le campus de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne. Les tests visent notamment à valider les technologies embarquées et à apporter des adaptations réglementaires pour un déploiement à plus grande échelle. C'est la start-up BestMile qui gère, grâce à son logiciel, la gestion en temps réel de la flotte. 

Partager
Six véhicules autonomes testés sur le campus de l’EPFL
Jusqu'au 30 juin prochain, six navettes autonomes circuleront sur le campus de l'EPFL.

« Les véhicules sans chauffeur sauveront des millions de vies ! » a assuré hier Ray Kurzweil lors de la conférence annuelle de la Société des ingénieurs automobiles américaine (SAE) qui s’est tenue à Détroit. Malgré cet enthousiasme, le directeur de l’ingénierie de Google, n’a pas su donner de date précise de l’introduction de ce type de véhicules sur le réseau routier... Cependant, la firme de Mountain View n’est pas la seule à plancher sur les voitures autonomes et les prochaines avancées pourraient bien émerger en dehors de la Silicon Valley. En effet, depuis quelques jours, six véhicules sans chauffeur circulent dans les allées du campus de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

Ces navettes autonomes, pouvant accueillir dix personnes et se déplacer à une vitesse maximale de 20 km/h, ont été déployées dans le cadre d’une expérimentation grandeur nature pilotée par le projet européen CityMobil2, financée à hauteur de 9,2 millions d’euros sur quatre ans. Cette initiative vise à compléter l’offre de transports publics classique pour répondre à la problématique du dernier kilomètre parcouru.

BestMile : le chef d’orchestre des véhicules autonomes

Développées par le fabricant français EasyMile , les navettes sont dotées de systèmes laser pour se déplacer et détecter les éventuels obstacles. La start-up suisse BestMile se charge, quant à elle, de la gestion de la flotte. « Notre logiciel permet de transformer des robots en vrai système de transports publics utilisable », explique Raphaël Gindrat, cofondateur de la jeune pousse. Le travail de BestMile se divise en deux parties. En amont, la planification : « A partir de la cartographie réalisée par notre partenaire roboticien, nous intégrons les trajectoires du véhicule autonome dans notre logiciel, puis nous définissons des règles de circulation et réalisons des simulations pour savoir, par exemple, à quel moment les véhicules vont se croiser » détaille l’entrepreneur.

Une fois les véhicules en fonction, l’enjeu consiste à gérer et optimiser leurs déplacements en temps réel. Grâce à des cartes SIM connectées au réseau 3G ou 4G intégrées dans les navettes, le logiciel de la start-up BestMile va pouvoir donner des ordres en temps réel par l’intermédiaire de ses serveurs. « Nous envoyons, par exemple, des points de passage avec des ordres de vitesse ou encore des réservations de slot pour gérer le croisement de deux navettes », indique Raphaël Gindrat. La plus grande difficulté consiste ici à s’adapter aux aléas générés par le partage des infrastructures avec les voies piétonnes, le réseau routier, les stationnements gênants, les arrêts de camions de livraisons, le passage des éboueurs, etc.

Le rôle clé de la cartographie

Cette phase d’expérimentation prendra fin le 30 juin prochain et vise à valider la technologie embarquée, démontrer que le système fonctionne, proposer des adaptations règlementaires et étudier l’acceptation des utilisateurs face à ces nouveaux modes de transport. De son côté, la start-up BestMile entend nouer d’autres partenariats en 2015 et envisage une commercialisation de son logiciel dès 2016. La jeune pousse vise, en priorité, le marché des sites privés dont la règlementation est beaucoup plus souple. « C’est un marché très grand. Les campus, sites industriels, centres hospitaliers et aéroports ne disposent pas, sauf exception, de système de transport public. Notre but ultime est bien sûr de s’implanter dans les centres villes et les zones urbaines mais il s’agit d’un environnement plus complexe et les enjeux légaux sont différents » ajoute Raphaël Gindrat.

En effet, les sites privés constituent des zones de taille modeste aux frontières finies où l’étape de la cartographie, indispensable pour le déploiement de véhicules autonomes, peut être réalisée facilement. Pour cela, il suffit, par exemple, de conduire manuellement une première fois la voiture autonome pour qu’elle puisse enregistrer l’environnement dans lequel elle sera déployée. La tâche est, bien sûr, beaucoup plus complexe lorsqu’il faut cartographier l'ensemble d'un pays.

Vers un Uber des véhicules autonomes ?

A terme, BestMile aimerait développer un système de transport à la demande pilotable depuis un smartphone. En d’autres termes, une application de type Uber qui reposerait, non pas sur une flotte de chauffeurs privés, mais sur des voitures autonomes. « Notre objectif est de proposer un système le plus flexible possible. Lorsque l’utilisateur demandera un véhicule, le système calculera quel est le véhicule autonome le plus proche ou le plus à même d’effectuer le trajet commandé ». BestMile espère pouvoir tester une version simplifiée de ce service dès l’été prochain.

Fondée en janvier 2014, la start-up compte aujourd’hui une dizaine de collaborateurs et a déjà créé une filiale aux Etats-Unis pour pouvoir être prête juridiquement à déployer ses activités outre-Atlantique au moment voulu. BestMile prévoit également de boucler une levée de fonds à l’automne prochain afin d’accélérer son développement.

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Auto - Transports

Voiture autonome : la Californie veut durcir sa législation

Auto - Transports

Voiture autonome : vers un partenariat entre Google et Ford ?

Auto - Transports

Il fabrique sa propre voiture autonome en un mois !

Auto - Transports

Roborace : la première course de voitures autonomes pourrait voir le jour dès 2016

Auto - Transports

J’ai traversé Versailles en véhicule autonome avec Védécom

Auto - Transports

Vidéo : Le monde vu par une voiture autonome

Auto - Transports

Paris Bordeaux en autonome : pari réussi pour PSA

Auto - Transports

Le Lidar : talon d’Achille des prototypes de voitures autonomes ?

Numérique

Cartographie : pour Uber, c'est le nerf (technologique) de la guerre

Auto - Transports

Inspiration Truck : le premier camion autonome autorisé à rouler dans le Nevada

Auto - Transports

Nissan et la Nasa travaillent sur une voiture autonome pour l'espace

Numérique

CES 2015 : Daimler dévoile une Mercedes autonome

Deep Learning

Samsung et Baidu, deux géants asiatiques qui veulent s’imposer sur le véhicule autonome

Auto - Transports

Le véhicule autonome Védécom en images

Deep Learning

Pourquoi l'intelligence artificielle intéresse (plus que jamais) les industriels

Auto - Transports

Les technologies du véhicule autonome

Auto - Transports

Projet Titan : Apple s'apprête à tester sa voiture autonome sur une base militaire

Production

Onze accidents en six ans pour les Google Cars

Numérique

Tesla Model S : vers plus d'autonomie

Production

Ce mini-lidar pourrait réduire le coût des voitures autonomes

Auto - Transports

Six obstacles à franchir pour les véhicules autonomes

Auto - Transports

Véhicules autonomes : chez PSA, l'intelligence artificielle prend le volant

Auto - Transports

Toyota investit dans les véhicules autonomes avec Stanford et le MIT

Auto - Transports

Bordeaux s'apprête à accueillir un défilé de véhicules autonomes

Auto - Transports

Bosch implante un centre de R&D sur le véhicule autonome à Sophia Antipolis

Technos et Innovations

L’IRT SystemX veut simuler le véhicule autonome

Auto - Transports

Vidéo : la Logan des voitures autonomes au golf de Singapour

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'hebdo de la techno

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles clés de l'innovation technologique

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

80 - MONTDIDIER

Etudes géotechniques pour la déconnexion de 25HA de surfaces actives du système de collecte de Montdidier en amont du DO13.

DATE DE REPONSE 20/06/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS