Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Six équipements pour réduire votre consommation (et vos factures) d'énergie

Rémi Amalvy , , , ,

Publié le , mis à jour le 23/01/2019 À 09H12

Images Chauffage, chauffe-eau, pompe à chaleur, aides de l'Etat... De plus en plus de dispositifs sont mis en place pour réaliser des économies d'énergie et réduire sa facture et son empreinte carbone. L'Usine Nouvelle revient sur six d'entre eux.

Six équipements pour réduire votre consommation (et vos factures) d'énergie
Les panneaux photovoltaïques restent une référence pour l'économie et la production d'électricité
© pxhere

Les économiseurs :

1 - Programmateur de chauffage :

Le programmateur de chauffage se relie à une chaudière ou à un chauffage électrique et est facilement réglable. Il permet de choisir la température voulue dans sa maison selon le moment de la journée, et même selon la salle pour les appareils les plus perfectionnés. Un mode "hors gel" peut baisser au maximum la température du logement sans avoir à arrêter la chaudière lors d’absence prolongée.

Un procédé qui réduit la consommation énergétique et allonge la durée de vie de l’appareil. De plus, une fois programmée, la température est gérée automatiquement, limitant encore plus les pertes d’énergie.

Son installation ne représente pas un investissement important. En général, les prix ne dépassent pas 300 euros, sauf dans le cas des appareils les plus pointus. S’il est posé par un professionnel, il est possible de bénéficier d’une TVA à 5,5%. D’autres aides, comme le crédit d’impôt et l’éco-prêt à taux zéro peuvent aussi entrer en jeu. Selon l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME), l’utilisation d’un programmateur de chauffage peut réduire les dépenses énergétiques de 15%. Cela peut même monter à 25% s’il est couplé à un système de régulation.

2 - Chaudière gaz à condensation :

Quitte à ajouter un programmateur, autant changer aussi sa chaudière, non ? Choix de sécurité, la chaudière gaz à condensation serait le plus performant des engins au gaz naturel. En plus de brûler le gaz pour produire de la chaleur, elle utilise également la vapeur d’eau contenue dans la fumée. Selon GRDF, elle permettrait de réaliser 20 à 30% d'économies d'énergie par rapport à une chaudière plus ancienne. La seule condition d’installation est d’avoir au préalable un circuit de chauffage central.

Si son coût initial peut paraître élevé (entre 5 000 et 10 000 euros, installation comprise), l’installation bénéficie du crédit d’impôt pour la transition énergétique de 30% et d’une TVA à 5,5% s’il s’agit d’un remplacement de chaudière. Il est également possible de bénéficier de subventions accordées par la région, le département et l’Agence Nationale d'Amélioration de l'Habitat (Anah). Selon l’Ademe, la chaudière gaz à condensation permet d’économiser 15 à 20% sur la consommation de gaz naturel, et jusqu’à 30% par rapport à une chaudière d’une quinzaine d’années.

3 - Récupérateur d’eau de pluie :

Plusieurs types d’installations permettent de réaliser des économies non négligeables sur la facture d’eau. C’est le cas du récupérateur qui canalise l’eau de pluie grâce à des gouttières reliées à une cuve installée en extérieur, enterrée ou non. Selon le besoin, elle est généralement en béton ou en polyéthylène. Dans celle-ci, une pompe électrique envoie l’eau dans le réseau du logement pour alimenter les sanitaires et les appareils ménagers.

Le coût d’installation varie grandement selon la quantité d’eau récupérable. Une cuve hors-sol de 200 litres coûte environ 40 euros. Cela passe à 200 euros pour 1 000 litres. Ajouter à cela le kit de raccordement à la gouttière d’environ 20 euros. Les prix grimpent rapidement pour les gros gabarits enterrés et raccordés au réseau domestique. Il faut compter environ 2 000 euros pour 5 000 litres et 5 000 euros pour 8 000 litres. Mais les économies peuvent valoir l’investissement. Selon la région et son taux de pluviométrie, le site internet de conseil en économies d’énergie Quelle Energie estime qu'il est possible de récupérer entre 3 000 et 60 000 litres d’eau avec un toit de 100 m². De quoi réduire sa facture de moitié dans le meilleur des cas. Cerise sur le gâteau, l’eau de pluie étant douce et non calcaire, elle permet d’utiliser entre 40 et 60% de produits d’entretien et de savon en moins.

 

Les producteurs :

1 - Eolienne domestique ou panneaux photovoltaïques ?

Version de petite taille, l’éolienne domestique est optimisée pour fournir de l’électricité à un seul logement. Il est nécessaire pour s’en servir d’avoir un terrain exposé à des vents forts et réguliers. Un permis de construire et l’accord du voisinage sont également nécessaires. Pour l’instant, les tarifs sont encore très élevés. Une installation de 5 kW coûte en moyenne 30 000 euros, et 50 000 euros pour 10 kW. Les revenus liés à la production d’excédent en électricité ne dépassent jamais 1 000 euros par. C’est trop peu pour amortir l’investissement.

Les panneaux photovoltaïques, déjà très populaires, restent le meilleur choix pour économiser tout en produisant de l’électricité. Comptez environ 1 000 euros le m². Au 4ème trimestre 2018, le prix de rachat de l’électricité était de 0,1859 euros par kWh. Selon la région, une installation de 6 kWc peut générer jusqu’à 1 800 euros de surplus par an. En plus de la pose, des entretiens réguliers doivent être effectués par des professionnels. Pour les éoliennes comme pour les panneaux, des aides locales peuvent être disponibles.

2 - Pompe à chaleur air-eau :

La pompe à chaleur air-eau produit de l’eau chaude en se servant des calories de l’air extérieur qu’elle injecte dans le circuit de chauffage central et d’eau chaude d’un logement. L’installation est simple, bien qu’il soit nécessaire de disposer d’un jardin, d’une cour ou d’un mur de façade pour installer l’unité extérieure et d’un circuit de chauffage central pour connecter l’unité intérieure. Pour les appareils avec plus de 2 kg de fluide frigorigène, un entretien annuel par un installateur qualifié est obligatoire.

La pompe à chaleur air-eau reste onéreuse. Selon l’Ademe, le prix d’achat se situe entre 65 et 90 euros par m² chauffé, pour un coût moyen évalué entre 8 000 et 16 000 euros. Mais comme pour les autres appareils, il est possible de bénéficier du crédit d’impôt de 30% et des subventions d’Etat. De plus, le ministre de l’Ecologie a annoncé la mise en place d’une prime à la conversion pour les ménages les plus modestes, afin qu’ils s’équipent de ce type de pompe à chaleur. En plus de se passer de gaz, l’appareil permet de réduire par trois la facture d’électricité. En moyenne, pour 1 kWh facturé, il en produirait 3 kW.

3 - Chauffe-eau solaire :

Alors que les panneaux photovoltaïques captent la lumière du soleil pour produire de l’électricité, le chauffe-eau solaire récupère sa chaleur grâce à des panneaux thermiques pour chauffer l’eau sanitaire. Pour leur installation, il vaut mieux posséder une surface de 3 à 5 m² sur une pente de toit d’une inclinaison de 45° environ. Elle doit également être dégagée et orientée vers le sud. Comme pour les panneaux photovoltaïques, être dans une région ensoleillée est préférable.

Il faut compter un prix d’achat allant d’environ 5 000 à 7 000 euros pour les surfaces évoquées ci-dessus, plus un ballon de 200 à 300 litres. A noter qu'un crédit d’impôt de 30% et des subventions d’Etat peuvent être accordés. Selon l’ensoleillement, le chauffe-eau solaire peut couvrir jusqu’à 75% des besoins en eau chaude. De quoi alléger la facture et la production de gaz à effet de serre.

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

23/01/2019 - 08h46 -

On peut voir que les panneaux photovoltaïques présentés sont en sur-imposition, pourquoi certaines communes interdisent-elles ce type de pose ?
Répondre au commentaire
Nom profil

22/01/2019 - 22h06 -

On pourrait aussi ajouter le chauffage au bois en lieu et place du gaz... Moins de dépendance aux importations de gaz et une filière renouvelable française. Un prix au kilowatt/heure à la moitié au moins de celui de l'électricité... Et par ailleurs, pertinent par temps froid en complément d'une pompe à chaleur.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle