Silpro : 2 mois pour se sauver

Investissement

Partager

On l'appelle déjà « la réunion de la dernière chance » celle qui devrait se tenir au mois de juillet prochain à l'Elysée.

L'avenir de la société Silpro (Silicium de Provence) implantée à Château-Arnoux-Saint-Auban (Alpes-de-Haute-Provence) et placée en redressement judiciaire depuis le 7 avril ainsi que son projet d'usine de production de silicium raffiné est toujours incertain.

Détenue à 70 % par un holding germano-néerlandais (le groupe néerlandais E-Concern et le fabricant allemand de panneaux solaires photovoltaïques Solon) et à 12,8 % par EDF Energies Nouvelles, Silpro serait à son tour victime, selon EDF EN, de la crise financière et de la chute de la demande mondiale de silicium.

La réunion de juillet a été décidée mercredi dernier lors d'une rencontre qui s'est tenue à l'Élysée autour de Christian Frémont, directeur de cabinet du Président de la République, en présence de Jean-Louis Bianco, Président du Conseil Général des Alpes de Haute-Provence, Daniel Spagnou, Claude Domeizel, Christophe Castaner, Patrick Martellini, Éliane Bareille, José Escanez, Louis Costa et Jean-Marie Grataroli, représentant de l'intersyndicale d'Arkema.

La crainte que le plan de sauvetage d'une centaine d'emplois à l'usine du chimiste Arkema ne reste lettre morte a suscité une vive inquiétude parmi les élus et les représentants des syndicats des Alpes-de-Haute-Provence.

Les élus et les représentants ont demandé une nouvelle fois qu'Arkema et Total investissent dans le projet Silpro, que le plan social d'Arkema soit suspendu jusqu'à confirmation du projet d'usine de production de silicium raffiné et fixation de sa date de réalisation.

Patrick Martellini, maire de Château-Arnoux-Saint-Auban, a déclaré dans une interview à la radio locale Alpes 1, qu' « il y a un fort engagement de l'Etat sur le projet, ce qui est rassurant ». Pour autant, le problème « demeure entier de la recherche de l'industriel susceptible de s'investir dans ce projet. Cela fait partie des choses qui devront être résolues dans les deux mois ».

En revanche Jean-Marie Grataroli, représentant de l'intersyndicale d'Arkema se dit « moyennement optimiste », même si le chimiste semble « plus ou moins disposé à attendre un certain temps » avant de mettre en œuvre son plan social.

L.M.

L'édition 2008-2009 de « L'ATLAS DES USINES » est en vente. Ce hors-série annuel de « L'Usine Nouvelle » propose le classement de 3 785 sites de production de plus de 85 salariés implantés en France. Il est en vente à notre librairie. Pour le commander en ligne, cliquez ici.

Partager

NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS