Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Sika continue à se mettre en travers du chemin de Saint-Gobain

, , , ,

Publié le

Le conseil d'administration du groupe chimique helvétique Sika veut racheter la participation de son actionnaire majoritaire pour tenter de contrer une prise de contrôle par Saint-Gobain, rapporte le 19 avril le journal suisse SonntagsZeitung, qui cite deux sources non identifiées.

Sika continue à se mettre en travers du chemin de Saint-Gobain © Manuel Moragues

Le conseil d'administration de Sika veut acquérir la participation de son actionnaire majoritaire. Objectif ? Tenter de contrer une prise de contrôle par Saint-Gobain, rapporte le 19 avril le journal suisse SonntagsZeitung, qui cite deux sources non identifiées. La holding SWH de la famille Burkard-Schenker, actionnaire de contrôle de Sika avec 16,1% du capital et 52,4% des droits de vote, a conclu en décembre un accord avec le groupe français de matériaux de construction pour lui céder le contrôle du chimiste, pour 2,75 milliards de francs suisses (2,65 milliards d'euros).

Mais l'opposition de la direction de Sika, soutenue par plusieurs membres du conseil et des investisseurs institutionnels, bloque l'opération et a déclenché une longue bataille judiciaire et réglementaire. Lors de l'assemblée générale qui s'est tenue le 14 avril, le président de Sika, Paul Hälg, a déclaré que le conseil avait élaboré une solution alternative à celle de Saint-Gobain, sans en préciser le contenu.

un rachat qui s'élèverait à 2,25 milliards de francs

Cette alternative prévoit le rachat de toutes les actions Sika détenues par la holding familiale SWH, pour 2,25 milliards de francs, soit 500 millions de francs de moins que Saint-Gobain, écrit le SonntagsZeitung, de sources "bien informées". Aucun représentant de Sika n'était immédiatement disponible pour commenter ces informations. Un porte-parole de SWH a déclaré dans un communiqué que la holding n'avait pas connaissance d'une proposition et que tout arrangement dans lequel Saint-Gobain n'était pas partie prenante serait inacceptable pour la famille Burkard.

Une autre alternative, dans laquelle la famille conserverait une partie de ses actions afin de bénéficier de toute éventuelle hausse de leur valeur en Bourse, pourrait être proposée pour compenser le manque à gagner de 500 millions de francs dans l'offre du conseil, précise le journal suisse.

Avec Reuters

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle