Siemens renforce le rôle de la France dans les métros automatiques

Le conglomérat confie à ses implantations françaises la responsabilité mondiale du business des métros automatiques Val et Neoval. Mais le centre de Châtillon et celui de Brunswick en Allemagne se disputent encore le développement des futurs automatismes de métro du groupe.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Siemens renforce le rôle de la France dans les métros automatiques

La France remporte une victoire dans la réorganisation en cours de l'activité transport urbain du géant allemand Siemens. Les centres de Châtillon (Hauts-de-Seine) et de Lille (Nord) sont désormais les responsables pour le monde des métros automatiques du groupe.

Que ce soit pour le vénérable Val ou pour son successeur Neoval, choisi par Rennes Métropole, la France assurera "le développement de l'offre produit jusqu'à la maintenance des systèmes. Cela passe par la commercialisation, le pilotage des projets, la qualification et la mise en service […], toutes zones géographiques confondues", a indiqué Siemens dans un communiqué du 19 avril.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"C'est une bonne nouvelle, se réjouit un responsable syndical de Châtillon. Le Neoval est un nouveau matériel en phase de commercialisation. L'important pour nous est qu'il sera équipé du système de pilotage développé à Châtillon." Ce métro automatique se positionne déjà sur plusieurs appels d'offres en préparation en Asie et en Amérique latine.

Pour ce syndicaliste, il s'agit, cependant, d'une demi-victoire. "Pour le reste, on n'a pas avancé." Le reste, c'est la responsabilité du développement de la prochaine génération d'automatismes de métro sans conducteurs du groupe. Une responsabilité que se disputent âprement Châtillon et le centre allemand de Brunswick.

"Alors que, début 2011, ce développement avait été attribué à la France, la maison-mère est revenu sur cette décision pour confier le pilotage du projet à Brunswick", relate le syndicaliste. Cet éventuel transfert qui déposséderait Châtillon d'un fleuron technologique français issu de Matra Transport - racheté par Siemens en 2001 -, est toujours débattu au sein du groupe. Les négociations devraient aboutir avant l'été.

Vidéo de présentation du projet Neoval, produite par Siemens

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS