Siemens relève ses prévisions pour 2021 après un deuxième trimestre supérieur aux attentes

ZURICH (Reuters) - Siemens a relevé vendredi ses perspectives annuelles de bénéfices et de revenus pour la deuxième fois cette année, porté par la forte dynamique des secteurs de l'automobile, de la construction de machines et des logiciels industriels.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Siemens relève ses prévisions pour 2021 après un deuxième trimestre supérieur aux attentes
Siemens a relevé vendredi ses perspectives annuelles de bénéfices et de revenus pour la deuxième fois cette année, porté par la forte dynamique des secteurs de l'automobile, de la construction de machines et des logiciels industriels. /Photo prise le 8 février 2021/REUTERS/Mike Blake

À l'instar d'autres entreprises industrielles telles que le suisse ABB et le français Schneider Electric, les commandes de Siemens ont augmenté grâce à l'accélération de la production des clients et à une amélioration en Chine.

"Sur cette base, nous sommes encore plus confiants pour le second semestre de notre exercice fiscal et nous relevons sensiblement nos prévisions tant pour nos activités industrielles que pour le bénéfice net", a déclaré le directeur financier Ralf Thomas.

Siemens prévoit désormais une croissance de son chiffre d'affaires de 9% à 11 % à taux de change constants en 2021, alors qu'il prévoyait auparavant une progression de 5% à 10%.

Le bénéfice net pour l'ensemble de l'année devrait quant à lui se situer dans une fourchette de 5,7 milliards à 6,2 milliards d'euros, ce qui est bien supérieur à la prévision précédente d'un bénéfice net de 5 milliards à 5,5 milliards d'euros.

Lors du deuxième trimestre de son exercice décalé, Siemens a vu son chiffre d'affaires progresser de 8% à 14,67 milliards d'euros, au-delà de la prévision moyenne des analystes à 14,13 milliards.

Les commandes du groupe se sont élevées à 15,388 milliards d'euros, contre un consensus à 15,07 milliards. De son côté, le bénéfice net a atteint 2,39 milliards d'euros, dopé par la plus-value réalisée lors de la cession de la division de systèmes d'entraînement mécaniques et électriques Flender.

(John Revill, version française Dagmarah Mackos, édité par Blandine Hénault)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS