L'Usine Matières premières

Le sidérurgiste indien Tata Steel va supprimer 3 000 emplois en Europe

, , , ,

Publié le , mis à jour le 19/11/2019 À 07H32

Tata Steel a annoncé lundi 18 novembre la suppression de 3 000 emplois en Europe. Le groupe sidérurgique indien invoque des surcapacités de production.

Le sidérurgiste indien Tata Steel va supprimer 3 000 emplois en Europe
Le groupe sidérurgique indien Tata Steel compte quelque 20 000 salariés en Europe. /Photo d'archives/REUTERS/Phil Noble
© Phil Noble

Tata Steel a annoncé lundi 18 novembre sa décision de supprimer 3 000 emplois sur ses sites en Europe. Le groupe sidérurgique indien justifie cette décision par des surcapacités de production dans un contexte difficile pour l'acier.

20 000 salariés en Europe

Le groupe indien compte quelque 20 000 salariés en Europe. Il dispose notamment d'usines aux Pays-Bas et au Pays de Galles où l'usine géante de Port Talbot emploie 4 000 personnes. Il a indiqué que deux tiers des suppressions envisagées concerneraient des emplois de bureau mais les sites précis concernés ne sont pas encore connus.

En France, l'industriel compte un centre de service à Corbeil-Essonnes (Essonne) dédié aux produits parachevés et à la transformation de bobines mères en bandes refendues de précision, en feuilles déroulées et en flans cisaillés. Baptisé Unitol, ce centre fournit notamment le secteur automobile.

Grâce à son plan de restructuration, Tata Steel espère retrouver un flux de trésorerie positif en mars 2021 pour devenir "une entreprise autonome financièrement capable d'investir". Entre avril et octobre, Tata Steel Europe a enregistré une chute de 90% de son bénéfice avant intérêts et impôts (Ebitda) à 36,3 millions d'euros (31 millions de livres).

L'Europe, une "décharge pour les surcapacités mondiales"

"La stagnation de la demande d'acier dans l'Union européenne et les surcapacités au niveau mondial ont été aggravées par les conflits commerciaux qui ont transformé le marché européen en décharge pour les surcapacités mondiales", a déclaré Tata Steel, en pleine restructuration après son projet de rapprochement avorté avec ThyssenKrupp.

En parallèle, Tata Steel souhaite augmenter les ventes d'aciers à forte valeur ajoutée en diversifiant son catalogue et en améliorant son orientation client. Le sidérurgiste espère aussi optimiser ses procédés de production grâce à des applications de "big data" et "d'advanced analytics". Enfin, l'entreprise vise une réduction des coûts d'approvisionnement grâce à une coopération renforcée entre les antennes du groupe Tata Steel.

Avec Reuters (Indranil Sarkar et Muvija M, Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte