Sida : Truvada, un médicament déjà très rentable

Déjà utilisé aux Etats-Unis et en Europe comme traitement de base pour les séropositifs, Truvada vient d’être autorisé comme premier médicament de prévention contre le sida outre-Atlantique. Certaines associations se révoltent contre son fabricant, le laboratoire Gilead.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Sida : Truvada, un médicament déjà très rentable

"Laisserons-nous encore longtemps les lobbys du médicament dicter leurs règles à notre communauté, au mépris de notre santé ?" Alors que s’ouvrira dimanche la Conférence mondiale sur le sida, rendez-vous incontournable dans la lutte contre ce virus organisé à Washington du 22 au 27 juillet, l’association Act Up Paris jette un pavé dans la marre.

La raison de son émoi ? La décision prise lundi par l'Agence américaine du médicament (FDA) d'autoriser le Truvada comme premier traitement de prévention contre le sida. Ce médicament du laboratoire américain Gilead Sciences vise à prévenir la transmission sexuelle du VIH pour des personnes qui ne l’ont pas, mais sont considérées comme à haut risque.

Des preuves d’efficacité "insuffisantes" selon Act Up

Alors que la décision est saluée par l'agence des Nations unies de lutte contre le sida, elle est jugée "précipitée" par Act Up. Qui soutient que l'annonce de la FDA "avait été reportée à septembre par les autorités américaines, qui disaient manquer de garanties de la part du laboratoire Gilead".

Pour l'association, "la FDA montre son mépris de la recherche, qui n'a jamais donné de preuves suffisantes d'une efficacité du Truvada en prévention". Un essai clinique, financé en partie par les Instituts nationaux américains de la santé (NIH), a pourtant été conduite durant deux ans et demi dans six pays, dont les Etats-Unis, auprès de 2.500 homosexuels qui utilisaient aussi un préservatif.

Selon cette étude, la prise quotidienne du Truvada réduirait de 44% le risque d'infection par le VIH. Mais selon Act Up, les chiffres d’efficacité disponibles présentent "un intervalle de confiance allant de 15% à 63%, indiquant une reproductibilité très incertaine de ces résultats".

Un médicament déjà blockbuster pour Gilead

La crainte d’Act Up est que cette autorisation n’entraîne de nouvelles contaminations. Car le Truvada seul ne peut pas suffire à prévenir l’infection. Pris quotidiennement, il est destiné "à être utilisé à titre prophylactique avant un contact avec le VIH, en combinaison avec des pratiques sexuelles sûres comme l'usage de préservatifs et d'autres mesures de prévention", précise la FDA.

Il y a deux mois, un responsable du NIH reconnaissait lui aussi qu’on ne pouvait pas faire l’impasse sur les effets secondaires potentiels du médicament (problèmes rénaux, augmentation dangereuse d’acide dans le sang) et la possibilité qu’il ne suscite des comportements à risque, les patients pouvant croire qu’ils sont chimiquement protégés.

Pour le laboratoire californien Gilead, les possibilités offertes par l’aval de la FDA sont énormes. Car le coût de ce traitement varie entre 12.000 et 14.000 dollars par an. En France, un essai clinique est mené également dans cette nouvelle indication, même si aucune demande de commercialisation (AMM) n’a encore été déposée par le laboratoire.

Combinaison de deux anti-rétroviraux, Truvada est déjà utilisé comme traitement de base aux Etats-Unis et dans la majorité des pays européens, pour des personnes séropositives à partir de 12 ans. En 2011, il a réalisé des ventes records, en croissance de 8%, rapportant ainsi 2,88 milliards de dollars (dont 1,3 outre-Atlantique et 1,2 milliard en Europe) sur les 8,39 milliards de dollars de chiffre d’affaires de Gilead.

Partager

NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS