L'Usine Matières premières

[SIA 2020] Les pistes d'Adivalor pour maximiser le recyclage des déchets plastiques agricoles

Franck Stassi , , , ,

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Les emballages plastiques issus de l’agrofourniture sont recyclés à 68%, se félicite Adivalor, l’éco-organisme chargé du financement des déchets du secteur. Une bonne performance qui lui permet de se passer d’agrément, pour contractualiser directement avec l’Etat. Plusieurs projets d’usines sont en cours autour des big bags et des filets pour balles rondes.

[SIA 2020] Les pistes d'Adivalor pour maximiser le recyclage des déchets plastiques agricoles
Les films agricoles sont très souillés après usage, d'où un recyclage complexe.
© Adivalor

La fermeture des frontières chinoises à un large panel de déchets n’a pas épargné le secteur de l’agrofourniture. "Nous avons des problèmes sur le traitement des big bags, qui avaient des débouchés en Asie",  souligne Pierre de Lépinau, directeur général de l’éco-organisme des déchets de l’agrofourniture Adivalor. Fin 2019, celui-ci a lancé un appel à manifestation d’intérêt pour la création d’une unité de recyclage en France, actuellement inexistante, pour un démarrage fin 2021-début 2022.

Autre projet en cours, celui d’une nouvelle unité de recyclage des films agricoles, dont l’activité devrait débuter mi-2021 dans l’Hérault afin de pallier la fermeture de l’usine Suez recyclage valorisation plastiques Aveyron en 2018. Il s’agissait d’une des deux usines françaises spécialisées sur le segment. Suez opère également une unité de recyclage des bâches agricoles, implantée à Landemont - Orée d'Anjou dans le Maine-et-Loire. L’entreprise Europlastiques, basée en Mayenne et spécialisée dans la conception et la distribution de films plastiques pour l’agriculture, a obtenu le marché. "Actuellement, les films les plus souillés sont envoyés à l’enfouissement", regrette Pierre de Lépinau, qui rappelle que les process sont très coûteux, compte tenu de la nature des déchets : dans une tonne de films usagés, on trouve de 20% à 30% d’eau et de 30% à 40% de déchets organiques.

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte