[SIA 2018] Connecté, moderne, qualitatif… Les agriculteurs veulent montrer une autre image de leur métier

Comme tous les ans, l’agriculture tiendra salon à Paris du 24 février au 4 mars. Cette année, les organisateurs souhaitent reconnecter l’événement aux enjeux sectoriels en insistant sur la digitalisation. Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, lui, annonce son intention d'emménager temporairement porte de Versailles avec son équipe.

Partager
[SIA 2018] Connecté, moderne, qualitatif… Les agriculteurs veulent montrer une autre image de leur métier
Haute, la vache de race Aubrac (22 000 têtes) à l'honneur cette année, entourée de ses éleveurs, Thibault et Florence Dijols, à Curières (Aveyron).

Promis, le Salon international de l’agriculture (SIA), dont la 55e édition se tiendra du 24 février au 4 mars à Paris, ne sera pas "hors sol". "Le salon est connecté à l’actualité. On va y retrouver les débats actuels. Les consommateurs peuvent prendre part à un certain nombre d’expériences contributives sur le web, dans les circuits courts ou avec de nouvelles marques : le collectif est important. Les agriculteurs entre eux, les agriculteurs avec les consommateurs, l’agriculteur avec les pouvoirs publics seront nos trois angles phares", assure sa directrice, Valérie Le Roy. Avec ses plus de 1000 exposants, 4050 animaux de plus de 360 races et 630 000 visiteurs attendus (un chiffre stable), la grand-messe annuelle de l’élevage, des produits régionaux et des organisations agricoles demeure un passage obligé, notamment pour les politiques.

Délocalisation d'un ministère

Comme en écho, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation Stéphane Travert annonçait le 11 janvier son intention de rompre avec les visites "one shot", en installant porte de Versailles son cabinet et une partie des membres centraux de l’administration. "Un salon, c’est un rendez-vous qui se prépare, comme un rendez-vous galant. Il le faut pour que la fête soit belle, pour que les délégations étrangères puissent y trouver de nouveaux partenaires… explique le ministre. L’aventure collective, c’est ce que nous avons montré pendant les Etats généraux de l’alimentation : l’agriculture, c’est de la cohésion. Elle entraîne toute une population derrière elle."

Le Salon de l'agriculture compte s’extirper d’une image trop idéalisée du secteur : "l’agriculture française est dans un contexte difficile - météo, marchés mondiaux bas dans plusieurs secteurs, fin des quotas laitiers et sucriers. Néanmoins, le salon est une caisse de résonance formidable pour faire valoir les atouts de l’agriculture française et les outils mis en place pour répondre aux attentes : il y a une dizaine d’années, produire plus ; aujourd’hui, produire mieux, abonde Jean-Luc Poulain, président du Salon de l’agriculture et du Comité national des expositions et concours agricoles. Les Français doivent quitter l’image d’Epinal de l’agriculture. La réalité, c’est le numérique, le regroupement des moyens…"

L'accent mis sur le digital et la formation

Pour ce faire, deux nouveaux secteurs sont créés. Le premier, "Agri 4.0", mettra à l’honneur le digital sur 500 m², contre 95 m² pour les exposants qui se sont aventurés sur cette thématique il y a trois ans. Les 20 adhérents de l’association La Ferme digitale, la plateforme de prêts Agrilend, Saipol (filiale huiles végétales d’Avril) et l’éditeur de logiciels SAP y seront présents. Parallèlement, une zone regroupant 13 exposants issus de l’emploi et de la formation sera signalée sous la bannière "Agri’recrute". "On vient au salon enfant, on vient moins adolescent, puis on revient avec ses propres enfants. Les jeunes sont nés avec la digitalisation et s’intéressent à nos métiers pour leur avenir. On a également la déclinaison "jeunes" du Concours général agricole : 11 000 jeunes sont en train de se préparer pour les Trophées des lycées agricoles", poursuit Valérie Le Roy. Un programme d’ateliers sera par ailleurs prévu par les organisateurs du salon à destination des 30 000 visiteurs professionnels, dont près de la moitié sont exploitants agricoles ou professionnels de l’élevage.

A l’exception de ces nouveautés, le salon restera classique sur la forme – les filières de l’élevage dans le hall 1 ; la filière équine, les cultures végétales et le jardin dans les étages du hall 2 ; les produits régionaux qui prennent la suite dans le hall 3 ; les institutions et organisations professionnelles dans le hall 4 ; l’outre-mer dans le hall 5 et les canins et félins dans le hall 7, passant (presque) outre l’imposant plan de rénovation du Parc des expositions.

Sujets associés

NEWSLETTER Matières Premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

SAIPOL

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

TOLIER FORMEUR P3 H/F

- 21/09/2022 - CDI - PONTOISE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - ICF LA SABLIERE

Accord-cadre à bons de commandes travaux TCE spécifique PMR Ile de France

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS