"Si la collectivité ne veut pas d'exploration des gaz de schiste, nous ne le ferons pas", affirme le PDG de Total

Le nouveau PDG de Total, Patrick Pouyanné, était interrogé sur Europe 1, ce mardi 19 janvier. Quelques jours avant la présentation des résultats de l'entreprise, il a d'ores et déjà prévenu que les résultats étaient en baisse de 20% en 2015. 

Partager

Fraîchement nommé PDG du groupe pétrolier pour succéder à Christophe de Margerie, Patrick Pouyanné doit composer avec un contexte moins favorable pour son entreprise. Le pétrole a perdu 75% de sa valeur en 18 mois. De quoi destabiliser les industriels du secteur, même des mastodontes comme Total.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Total fait face, Total résiste"

Interrogé dans la matinale d'Europe 1, ce mardi 19 janvier, Patrick Pouyanné a révélé que les résultats de l'entreprises avaient baissé d'environ 20% en 2015 : "On ne va reconstituer aucune marge. Nos résultats baissent, ils vont baisser d’un peu plus de 20% cette année." "Total résiste, parce qu’on est dans la production mais aussi dans la transformation du pétrole, dans le raffinage, dans la distribution", a-t-il toutefois nuancé.


Patrick Pouyanné : "les résultats de Total vont... par Europe1fr

Mais cette baisse de forme n'aura pas d'effet sur l'emploi. "L’emploi ne peut pas être la variable d’ajustement [...] j’aurai besoin de mes salariés quand le prix va remonter. Et il va remonter un jour, je ne sais pas quand", a-t-il assuré. Mais l'entreprise ne remplace pas tous les départs en retraite : "nous recrutons, moins, mais nous avons quand même recruté".

A la recherche d'un consensus sur le gaz de schiste

Sur le terrain des gaz de schiste, le PDG de Total a formulé une réponse plus surprenante. A la question du journaliste "souhaitez-vous toujours pouvoir reprendre vos recherches dans la région de Montélimar sur le gaz de schiste", il a répliqué : "pas vraiment". "C'est un sujet qui fait un grand débat, je n'ai pas envie de passer en force. Si la collectivité nationale ne souhaite pas qu'on fasse d'exploration de gaz de schiste, nous ne le ferons pas". Patrick Pouyanné a toutefois dit espérer "un consensus".

En France, la loi interdit la fracturation hydraulique qui est une technique utilisée pour l'extraction des gaz de schiste. Mais il existe d'autres techniques : "nous venons de le faire au Danemark. Nous avons pu explorer avec un puits sans fracturation hydraulique", a démontré Patrick Pouyanné.

La question reste de savoir si le territoire français cache du gaz de schiste dans son sous-sol. Pour le déterminer, il faudrait engager des sommes importantes afin d'aller explorer les terrains. "Je ne compte pas, surtout à 30 dollars le baril, allouer de l'argent sur un projet qui serait mal reçu par la collectivité nationale", a-t-il certifié.


Total "ne passera pas en force" sur le gaz de... par Europe1fr

Astrid Gouzik

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS