Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Et si l'huile de palme compromettait les chances du Rafale en Malaisie

Franck Stassi , , ,

Publié le , mis à jour le 08/03/2018 À 14H12

Le souhait du Parlement européen d’interdire l’usage de l’huile de palme dans les agrocarburants provoque toujours l’ire de la Malaisie, qui fait désormais planer la menace d’en tenir compte dans le cadre du renouvellement de sa flotte militaire... Au risque d'écarter le Rafale au profit de son concurrent britannique.

Et si l'huile de palme compromettait les chances du Rafale en Malaisie © Pascal Guittet

Dassault Aviation aurait-il du souci à se faire ? En Malaisie, lors d’un point devant le Parlement, le ministre malais de la Défense, Hishammuddin Hussein, a rappelé que le Britannique BAE Systems était toujours dans la course dans le cadre du projet de renouvellement de la flotte vieillissante de chasseurs de combat du pays. "Comme vous le savez, les avions de chasse que les Français proposent, le Rafale, sont également en compétition avec les Britanniques qui ont quitté l'Union européenne. Ils doivent donc en tenir compte", a-t-il affirmé, selon Reuters.

Derrière ces considérations militaires, se cache un enjeu commercial pour la Malaisie, celui de l’exportation de l’huile de palme, dont elle est le deuxième producteur mondial derrière l’Indonésie. Or en janvier dernier, le Parlement européen a émis le souhait d’interdire, à compter de 2021, l’huile de palme dans la composition des agrocarburants – la mesure peut encore évoluer selon l’avancement du processus entre le Parlement, le Conseil européen et la Commission européenne. Or, l’Union européenne représente 15,2% des exportations malaisiennes d’huile de palme. "Ceux qui veulent avoir des relations bilatérales solides avec nous ne doivent pas isoler les considérations économiques séparément des autres enjeux, surtout quand il s'agit de la défense", a ajouté Hishammuddin Hussein.

Depuis plusieurs années, la Malaisie hésite entre le Rafale et l’Eurofighter Typhoon, construit par un consortium européen incluant BAE Systems. "C’est la préparation des élections en Malaisie, l’huile de palme est un sujet qui n’est pas dépendant de ce que nous faisons ici mais qui peut impacter politiquement les relations entre plusieurs pays", a indiqué ce jeudi le PDG de Dassault Aviation, Eric Trappier. Il y a quelques semaines, les autorités malaisiennes avaient de nouveau brandi la menace de rétorsions commerciales envers les pays qui entraveraient le commerce de l’huile de palme, régulièrement critiquée pour ses impacts environnementaux.

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

09/03/2018 - 09h52 -

L'argumentaire des autorités malaises est inopérant. Le Typhoon, aussi appelé Eurofighter, est aussi européen, sinon plus, que le Rafale. Des entreprises françaises participent également à son développement et sa construction. Seul l'assemblage est en U.K.
Répondre au commentaire
Nom profil

08/03/2018 - 11h30 -

Vraiment une catastrophe ce brexit.
Répondre au commentaire
Nom profil

08/03/2018 - 14h56 -

Pas pour les anglais et un peu d'espoir pour les autres qui voudraient quitter cette dictature supra nationale.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus