Shell investit plus d'un milliard de dollars dans un gisement irakien

Royal Dutch Shell investira cette année plus d'un milliard de dollars (760 millions d'euros) dans le développement d'un des principaux gisements de pétrole en Irak, dont l'exploitation devrait reprendre le 1er mai.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Shell investit plus d'un milliard de dollars dans un gisement irakien

"Le chiffre pour le budget dépassera le milliard de dollars", a déclaré samedi Mehdi Badi, directeur du comité de direction du gisement de Majnoon.

Le gisement avait été fermé en juin pour des opérations de maintenance et des travaux. A la reprise d'activité, la production sera de 100 000 barils par jour (bpj) mais elle grimpera rapidement à 200 000, a assuré le ministre du Pétrole, Abdul-Kareem Luaibi.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

La production devrait permettre à l'Irak, membre de l'Opep, de se rapprocher de son objectif de 2,9 millions de bpj contenu dans le budget 2013.

En février, la production a été de 2,538 millions de bpj contre 2,359 millions en janvier, selon le ministre.

Au plus haut, la production irakienne a dépassé les 2,6 millions de bpj mais en décembre le Kurdistan a interrompu ses livraisons de brut sur fond de conflit avec le gouvernement central sur le paiement des compagnies pétrolières étrangères présentes dans la région.

Ces dernières années, la région kurde a signé des accords de son propre chef avec des compagnies comme Exxon Mobil, Chevron ou Gazprom Neft sans l'autorisation de Bagdad.

L'Irak renferme les quatrièmes réserves de pétrole du monde et vise des exportations de six millions de bpj à l'horizon de 2017.

Abdul-Kareem Luiabi a précisé à Reuters que Bagdad entendait investir 130 milliards de dollars dans des projets de développement dans l'amont, 25 milliards dans l'aval et 18 milliards dans le secteur du gaz. "Tous ces projets devraient générer des profits de 500 à 600 milliards de dollars dans les cinq prochaines années", a-t-il dit.

Avec Reuters (Arif Mohammed, Véronique Tison pour le service français)

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS