Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Shell investit massivement dans le GNL au Canada

, , ,

Publié le

Le géant anglo-néerlandais des hydrocarbures Shell a annoncé le 2 octobre avoir donné son feu vert pour lancer un énorme projet de gaz naturel liquéfié (GNL) au Canada. Opérationnel d’ici le milieu de la prochaine décennie, ce projet est dessiné pour répondre à la demande asiatique.

Shell investit massivement dans le GNL au Canada © Shell

Le projet LNG Canada, avec la construction d’une usine de liquéfaction de gaz naturelle, à Kitimat en Colombie-Britannique sur la côte ouest du pays, est en discussion depuis 2012. D'une valeur totale estimée à 31 milliards de dollars, il représente le plus important investissement privé jamais réalisé dans le pays.

Shell, à la tête du consortium, détient 40% des parts. Il est impliqué aux côtés du groupe malaisien Petronas (25%), du chinois PetroChina (15%), du japonais Mitsubishi (15%) et du sud-coréen Korea Gas Corp (5%), qui ont tous également donné leur accord.

Le géant anglo-néerlandais précise que la construction des infrastructures débutera immédiatement avec une mise en service espérée avant le milieu de la prochaine décennie pour une exportation de 14 millions de tonnes par an, et la possibilité de doubler ce volume par la suite.

Du GNL pour l'Asie

"Fournir du gaz naturel sera crucial dans les prochaines décennies au moment où le monde passe vers un système énergétique moins consommateur de carbone", relève Ben van Beurden, directeur général de Shell, cité dans le communiqué. Il estime que la demande mondiale en GNL va doubler d’ici 2035, et notamment en Chine, où les centrales à charbon seront progressivement remplacées par des centrales à gaz.

Pour le Canada, c’est aussi un changement stratégique. Le pays, qui exportait l’essentiel de son gaz vers les Etats-Unis par pipeline, se tourne vers l’Asie, grande consommatrice de GNL. La Chine est devenue le deuxième consommateur mondial de GNL, derrière le Japon et devant la Corée. De plus, sur le marché américain, le gaz canadien est concurrencé par le gaz de schistes. Autant le vendre plus cher… en Asie. Avec cette usine de liquéfaction, l’acheminement du GNL vers l’Asie se fera aussi à un coût moins élevé que celui produit dans le Golfe du Mexique aux Etats-Unis et qui doit passer par le canal de Panama.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle