Shell évite une perte au deuxième trimestre mais passe près de 17 milliards de dollars de dépréciations

LONDRES (Reuters) - Porté par l'essor de ses activités de négoce, Royal Dutch Shell est parvenu à dégager un bénéfice au deuxième trimestre, tout en enregistrant des charges de dépréciation de près de 17 milliards de dollars (14,46 milliards d'euros), reflet d'un avenir pessimiste pour les prix du pétrole et du gaz.
Shell évite une perte au deuxième trimestre mais passe près de 17 milliards de dollars de dépréciations
Porté par l'essor de ses activités de négoce, Royal Dutch Shell est parvenu à dégager un bénéfice au deuxième trimestre, tout en enregistrant des charges de dépréciation de près de 17 milliards de dollars (14,46 milliards d'euros), reflet d'un avenir pessimiste pour les prix du pétrole et du gaz. /Photo d'archives/REUTERS/Yves Herman

Le groupe anglo-néerlandais avait annoncé un mois plus tôt qu'il allait déprécier de 22 milliards de dollars (19,6 milliards d'euros) la valeur de ses actifs alors que la crise née du coronavirus l'avait amené à réduire drastiquement ses prévisions de prix du gaz et du pétrole.

Face à l'effondrement de la demande mondiale de pétrole engendré par la crise du coronavirus, Shell avait également préféré, le 30 avril dernier, abaisser son dividende à 16 cents (0,16 euro), une première en 80 ans.

Au deuxième trimestre, le groupe a dégagé un bénéfice ajusté de 600 millions de dollars (510,2 millions d'euros), contre un profit de 3,5 milliards de dollars (2,98 milliards d'euros) il y a un an. Mais les analystes avaient été plus pessimistes et tablaient en moyenne sur une perte de 674 millions de dollars (573,2 millions d'euros) sur la période.

Ce bénéfice inattendu est lié à la bonne performance de l'activité de négoce qui a profité de la volatilité des cours du pétrole pour voir son bénéfice bondir à 1,5 milliard de dollars, soit près de 30 fois plus que le bénéfice du deuxième trimestre 2019.

En revanche, la division de production pétrolière et gazière du groupe a accusé une perte de 6,7 milliards de dollars (5,70 milliards d'euros) alors que la production a reculé de 7%.

La dette nette de Shell, qui prévoit d'annoncer une restructuration majeure d'ici la fin de l'année, s'est par ailleurs accrue pour atteindre 77,8 milliards de dollars (66,16 milliards d'euros) et le ratio d'endettement a grimpé à 32,7% à la suite des dépréciations.

Numéro un mondial des stations-service, le groupe anglo-néerlandais a par ailleurs enregistré une baisse de 39% de ses ventes de carburant.

Le directeur général Ben van Beurden a prévenu jeudi que la demande mondiale de pétrole pourrait ne jamais revenir aux niveaux observés avant la pandémie.

"La demande mettra beaucoup de temps à se redresser si elle se redresse un jour", a-t-il dit.

A la Bourse de Londres, l'action Shell reculait de 2,82% à la mi-journée.

(Ron Bousso et Shadia Nasralla; version française Juliette Portala, édité par Blandine Hénault)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

TOLIER FORMEUR P3 H/F

- 21/09/2022 - CDI - PONTOISE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

92 - ONERA

Etudes, fabrication et installation d'une centrale d'air sur le site du Fauga-Mauzac (31)

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS