Shell a reçu l'accord définitif des Etats-Unis pour forer au Pôle Nord

WASHINGTON (Reuters) - L'administration américaine a accordé ce lundi 17 août son feu vert définitif à Royal Dutch Shell pour forer à la recherche de pétrole et de gaz dans l'Arctique, une première depuis 2012. Mais plusieurs organisations de défense de l'environnement entendent bien contester cette autorisation.

Partager

Shell a reçu l'accord définitif des Etats-Unis pour forer au Pôle Nord

Après ses réparations, le Fennica a obtenu l'autorisation de forer dans l'Arctique

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Royal Dutch Shell va pouvoir forer dans l'Arctique. Le permis avait été accordé à titre provisoire avant que le Fennica, le brise-glace qui transporte les équipements de forage, ait été endommagé par des hauts-fonds non répertoriés au sud de l'Alaska. Cet incident avait retardé le permis définitif de prospection le temps des réparations dans l'Oregon. Cette autorisation du département de l'intérieur comprend la mer des Tchouktches, au nord de l'Alaska. La société pétrolière avait déjà obtenu des permis dans la mer des Tchouktches pendant la présidence de George W. Bush, avant 2009.

Le groupe anglo-néerlandais a déjà investi quelque sept milliards de dollars (6,3 milliards d'euros) dans l'exploration de l'Arctique mais il a interrompu ses activités dans la zone depuis 2012 après une série de revers, parmi lesquels la perte de contrôle d'une énorme plate-forme, sur laquelle 18 ouvriers avaient dû être secourus par les garde-côtes.

Selon l'administration américaine, 20% des réserves de pétrole et de gaz non répertoriées du monde se trouveraient dans l'Arctique. La détermination de Shell à réaliser des forages dans cette région alimente la colère des organisations de défense de l'environnement, qui mettent en avant le caractère vulnérable spécifique de l'Arctique, notamment en raison du changement climatique. Curtis Smith, un porte-parole de Shell, a déclaré que la compagnie souhaitait "évaluer ce qui pourrait devenir une ressource énergétique nationale". Sans exclure d'achever le forage d'un puits cet été, Shell n'a publié aucun calendrier détaillé.

(Timothy Gardner; Marc Angrand pour le service français)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS