Sharp passe au vert et entrevoit une reprise de la croissance en 2017

Pour la troisième année consécutive, Sharp termine 2016 dans le rouge. Mais le groupe japonais d’électronique passe au vert au quatrième trimestre 2016 au prix d’une lourde transformation, et entrevoit une reprise de sa croissance en 2017.

Partager
Sharp passe au vert et entrevoit une reprise de la croissance en 2017
Sharp reprend confiance

Le taiwanais Tai Jeng-wu, qui dirige Sharp depuis août 2016, est en passe de réussir son pari de mettre le groupe japonais d’électronique en proie à des difficultés chroniques depuis 2011 sur le chemin de la convalescence. Les deux premiers actes de son plan de redressement s’avèrent être une réussite. Le premier vise à passer à un résultat d’exploitation positif. C’est chose faite au troisième trimestre 2016 avec un bénéfice d’exploitation de 2,5 milliards de yens, l’équivalent de 22 millions de dollars. Le second est de passer ensuite au vert. C’est également chose faite au quatrième trimestre 2016 avec un bénéfice net de 4,2 milliards de yens, l’équivalent de 37 millions de dollars. La prochaine étape est de renouer avec la croissance dès le premier trimestre 2017.

Accélération du calendrier de retour aux bénéfices

Si ces projections se confirment en 2017, elles marqueront un retournement inattendu. Terry Gou, le PDG-fondateur de Foxconn, qui a pris le contrôle de 66% du capital de Sharp en aout 2016, espérait un redressement dans 3 ou 4 ans. Son bras droit Tai Jeng-wu a tenu à accélérer l'objectif afin de restaurer au plus vite la confiance des banquiers, clients et partenaires, et remotiver le personnel.

Contrairement aux attentes des observateurs, le nouvel homme fort de Sharp a enclenché le processus de convalescence sans nouvelle suppression de poste ni arrêt des activités problématiques comme la télévision, les panneaux solaires ou les écrans LCD, qui plombent le groupe depuis des années. Au contraire, il a choisi de relancer les investissements dans ces activités avec trois objectifs : accélérer le développement et l’industrialisation des écrans Oled, renforcer l’effort commercial en Asie-Pacifique dans le solaire, et revenir dans la télévision en Europe et Amérique du Nord, deux marchés désertés en faveur d’une présence indirecte de la marque via le slovaque UMC et le chinois Hisense.

Transformation du management et des mentalités

En dépit de cet effort, Sharp termine 2016 dans le rouge pour la troisième année consécutive, avec un chiffre d’affaires en baisse de 24% à 2010 milliards de yens (17,9 milliards de dollars), une perte d’exploitation de 114 milliards de yens (1 milliard de dollars) et une perte nette de 188,7 milliards de yens (1,7 milliard de dollars), près de deux fois moins qu’en 2015.

Depuis son arrivée à la tête du groupe, Tai Jeng-wu s’est employé à changer le mode de management et les mentalités, mettant en place un système de rémunération au mérite et encourageant le personnel à faire preuve d’innovation. Et pour redonner confiance au personnel, il n’a pas hésité à racheter le campus historique à Osaka, vendu par la direction précédente, à suspendre les baisses de salaire et déménager le siège social d’Osaka à Sakai, où se trouve le site industriel intégré de fabrication de grands écrans LCD et des panneaux solaires.

Rupture avec Samsung

Preuve de sa confiance retrouvée, Sharp n’a pas hésité de se passer de son plus grand client dans les écrans de télévision, Samsung Electronics, en suspendant les livraisons au début de 2017. Pour Tai Jeng-wu, plus question de fournir des concurrents. Et tant pis si le géant coréen de l'électronique représente 40% de la production de l’usine de Sakai. L’objectif est de faire de ses écrans, fabriqués dans l’usine la plus avancée au monde, un avantage compétitif pour sa contre-offensive dans la télévision.

Les chiffres de Sharp en 2016

Effectif : 42 260 personnes, dont 19 200 au Japon

Chiffre d’affaires : 2009,7 milliards de yens (2638,3 milliards de yens en 2015)

Perte d’exploitation : 114 milliards de yens (128,3 milliards de yens en 2015)

Perte nette : 188,7 milliards de yens (323,4 milliards de yens en 2015)

Investissements industriels : 78,8 milliards de yens (51 milliards de yens en 2015)

Investissements R&D : 113 milliards de yens (139,1 milliards de yens en 2015)

Volume de ventes :

4,6 millions de téléviseurs LCD (6,4 millions en 2015)

4 millions de smartphones (4,2 millions en 2015)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Le théâtre engagé et populaire de Samuel Valensi

Le théâtre engagé et populaire de Samuel Valensi

Samuel Valensi est un jeune metteur en scène engagé. Passionné de théâtre, il a décidé de quitter les bancs d'HEC pour écrire et mettre en scène. Il est...

Écouter cet épisode

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG.

Technicien de Maintenance en Matériel / Equipement H/F

ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG. - 27/06/2022 - CDI - BORDEAUX

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

Acquisition de poste informatique de type Mini PC et écran.

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS