L'Usine Energie

Sharp dément mettre fin à ses activités dans le solaire

Ridha Loukil , , , ,

Publié le , mis à jour le 05/03/2015 À 15H23

Face à la dégradation de ses résultats, le géant japonais de l’électronique Sharp prépare un nouveau plan drastique de restructuration qui inclurait l’arrêt de ses activités dans le solaire. Pour se renflouer, il chercherait à nouveau le soutien de ses banques et celui de ses partenaires industriels.

Sharp dément mettre fin à ses activités dans le solaire © flickr-zigazou76

[Actualisation - 5/03/2015 - 15h25] : La direction de Sharp confirme la préparation d’un plan drastique de restructuration dont les détails seront annoncés en mai 2015. Mais elle affirme n’avoir pour le moment pris aucune décision quant aux différentes options à l’étude. Elle dément également le projet de sortir du solaire ou de fermer des usines au Japon.

Sharp est-il à nouveau au bord de la faillite ? À en croire le journal nippon The Nikkei, le géant japonais de l’électronique serait dans une situation financière critique, qui l’obligerait à réclamer un soutien de 150 milliards de yens à ses banques. En contrepartie, il s’engagerait à mettre en œuvre un plan de restructuration de grande ampleur qui inclurait la fermeture de plusieurs de ses usines de composants électroniques et l’arrêt complet de ses activités dans les panneaux solaires.

La direction confirme la préparation d’un plan drastique de restructuration dont les détails seront annoncés en mai 2015. Mais elle affirme n’avoir pour le moment pris aucune décision quant aux différentes options à l’étude.

Le groupe d’Osaka est l’un des principaux fabricants nippons de panneaux photovoltaïques aux côtés de Panasonic, Kyocera et Mitsubishi Electric. Il faisait jusqu’ici du solaire un axe stratégique de développement en raison des synergies industrielles de cette activité avec celle de ses écrans LCD. L’objectif étant de marcher sur deux pieds, l’un dans les écrans LCD, l’autre dans les panneaux photovoltaïques, deux activités similaires en termes de matières premières et de procédé de fabrication. D’ailleurs, son site industriel à Sakai, au Japon, devait illustrer cette synergie en combinant la fabrication des deux types de produits.

Victime de la chute des prix

Mais la chute des prix et la concurrence des acteurs chinois semblent mettre fin à ce rêve. Sur les neuf premiers mois de l’exercice fiscal en cours à clôturer le 31 mars 2015, les ventes de Sharp dans le solaire ont plongé de 36,2 % à 280 milliards de yens. Le groupe a tenté de limiter les dégâts en se désengageant de sa coentreprise dans le solaire avec l’électricien italien Enel, en Sicile, et en vendant ses sociétés de panneaux photovoltaïques aux États-Unis et au Canada. Le solaire représente aujourd’hui moins de 14 % de son chiffre d’affaires total.

En difficultés chroniques depuis quatre ans, Sharp a frôlé la faillite en 2012-2013. Il a été sauvé par ses banques mais aussi par l’entrée dans son capital de gros industriels comme l’américain Qualcomm ou le coréen Samsung. Il envisagerait d’ailleurs de solliciter à nouveau ces industriels actionnaires en contrepartie d’une montée dans son capital.

Malgré la dégradation de l’environnement économique et l’impact défavorable de la dépréciation du yen sur ses comptes, Sharp maintient ses prévisions d’une perte de 30 milliards de yens pour l’exercice en cours, bien inférieure au chiffre de 100 milliards de yens invoqué par The Nikkei.

Ridha Loukil

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte